Assurances

Marché des femmes : Le Maroc parmi les pays à fort potentiel pour les assurances


Le Maroc fait partie des dix pays émergents où la clientèle féminine pourrait rapporter plus de 800 milliards de $ de bénéfices au secteur de l’assurance.

D’après une étude menée conjointement par le groupe AXA, l’IFC-Banque Mondiale et Accenture, le marché des femmes représenterait une opportunité de plus de 1700 milliards de $ d’ici 2030 pour l’industrie de l’assurance.
 
Le potentiel de croissance est plus élevé des les pays émergents notamment Brésil, Chine, Colombie, Inde, Indonésie, Maroc, Mexique, Nigéria, Thaïlande et Turquie. A eux seuls, ces dix pays pourraient représenter la moitié du marché mondial de l’assurance des femmes, avec un volume de primes pouvant atteindre les 850 milliards de $.
 
Si les compagnies d’assurance parvenaient à atteindre concrètement la population féminine, elles pourraient accroître sensiblement la participation des femmes à l’activité économique et soutenir davantage le développement social et économique des pays émergents, précise le rapport.
 
En effet,   « l’augmentation de la proportion de femmes titulaires de diplômes de l’enseignement supérieur, de femmes qui occupent un emploi ou gèrent une entreprise et de femmes de mieux en mieux rémunérées a pour effet de modifier et d’étendre le marché des besoins de protection », déclare Denis Duverne, directeur général adjoint du groupe AXA.
 
Ainsi, les assurances doivent renforcer  la place des femmes dans le personnel des services de vente, en leur offrant une formation adéquate et en mettant en place une structure leur permettant d’exercer efficacement des activités de vente, les assureurs peuvent stimuler la croissance économique tout en contribuant à l’amélioration des conditions de vie des femmes à travers le monde et, dans le même temps, ouvrir de nouvelles pistes de croissance rentable », conclue Thomas Meyer, directeur général au pôle assurance d’Accenture.
 
Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Casablanca Hospitality School: « mêmes programmes que Lausanne »

Article suivant

Communication financière : Où sont les bons élèves ?