Actualités

Marchés mondiaux : une stabilité précaire

Philippe Chalmin, DG de Cyclope.

Stables depuis 3 ans, les cours mondiaux sont sous la menace de divers éléments.


Depuis 28 ans, Cyclope, un think-tank international, spécialisé dans l’étude des marchés mondiaux, publie chaque année un rapport exhaustif qui fait référence en la matière. Philippe Chalmin, son directeur, a donné une conférence au siège du Groupe OCP, devant un parterre trié sur le volet.

Selon lui, depuis 2011, on assiste à une stabilité des cours sur les marchés les plus importants. Les prix du pétrole par exemple ont peu varié malgré quelques inquiétudes suscitées par des troubles politiques. Il pense que c’est la situation de l’Irak qui sera déterminante. « S’il ne manque que 250.000 barils par jour, l’Arabie Saoudite a les moyens de les compenser. Si la situation empire, cela pourrait avoir des conséquences ».

Sur l’ensemble des marchés, le professeur Chalmin, met en exergue des risques majeurs :

Les aléas climatiques, en ce qui concerne les produits alimentaires. Il rappelle l’extrême sensibilité de ces marchés aux péripéties climatiques des gros producteurs. C’est surtout un phénomène appelé « El Nino » qui retient son attention. Il consiste en un changement des courants chauds en courants froids dans le pacifique. Cela arrive rarement, les prévisionnistes considèrent qu’il est probable que cela ait lieu cette année. L’impact serait désastreux sur les productions agricoles des pays concernés.

Les risques politiques, surtout l’Ukraine, la zone du Moyen Orient en particulier, la Syrie, l’Irak et la Libye. Contenues, ces crises n’ont pas eu un gros impact sur les cours des hydrocarbures. Mais si les tensions augmentent, un retournement de situation peut avoir lieu, tirant les cours vers le haut et affectant la croissance mondiale.

Les effets technologiques, en particulier la technique du « Fracking » utilisée au Dakota du Sud aux USA et appelée à s’étendre, qui va influer sur les cours du GPL. Il note le retour au charbon, redevenu compétitif alors que c’est le plus polluant de tous.

Enfin, la dépendance vis-à-vis de la Chine. Le taux de croissance prévu de l’empire du silence n’est que « de 8% », après plus d’une décennie à deux chiffres. En consommation, la Chine est déjà la première puissance mondiale. Or, si « le rêve chinois » est le slogan de la nouvelle direction, ses politiques ne sont pas facilement lisibles, alors qu’elles impactent fortement tous les marchés.

Le livre est un vrai pavé de 800 pages. Cette année, le rapport a choisi comme sous-titre « le rêve du pavillon rouge », roman chinois le plus célèbre. Au long de tout le rapport, au fil des analyses, l’impact de ce rêve sur les marchés mondiaux est en filigrane. Cyclope est rédigé par une équipe internationale d’experts. Il est publié en français et en anglais. C’est grâce au soutien d’entreprises internationales, dont fait partie le Groupe OCP que cet immense travail de recherche a pu atteindre sa vingt-huitième édition. Pour tout renseignement complémentaire, le lien est «http://www.economica.fr» 

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Pjd «transparence» contre pjd «raison d’Etat»

Article suivant

Promotion : le Mexique déploie une agence au Maroc