Auto

Marco Tronchi : « Nous ferons de Jeep une marque premium »

C’est acté : depuis le 1er mai dernier, Fiat Group Automobiles Maroc (FGAM) est devenu l’importateur exclusif de Jeep dans le Royaume. L’objectif étant d’investir grâce à une gamme de produits bien ficelée le segment des SUV et autres 4X4 premium. Avec cette nouvelle carte, Marco Tronchi pdg de FGAM revient plus en détail sur les ambitions de son Groupe et sur la stratégie mise en place pour conquérir un segment automobile très apprécié par la clientèle.


Challenge. L’une des actualités fortes de votre Groupe concerne le lancement de Jeep dans le Royaume. Quelle a été la genèse de cette nouvelle activité ?  
Marco Tronchi. Cette nouvelle activité résulte avant tout de la signature passée en 2009 entre Fiat et Chrysler pour une alliance globale. À valeur d’aujourd’hui, le Groupe Fiat poursuit l’augmentation de sa participation dans le capital de Chrysler. Une alliance qui sert favorablement nos intérêts partout dans le Monde, y compris dans la zone Moyen-Orient et l’Afrique du Nord (MENA). Ainsi, Fiat peut confier la distribution et la gestion de Jeep à ses filiales sur place. C’est le cas de FGAM et c’est un honneur et une opportunité pour nous que de procéder au lancement de cette marque dans le Royaume. 

C. Qu’en est-il des actuels possesseurs d’une Jeep, notamment pour ce qui est du service après-vente ?  
M.T. Ayant repris la carte en mai dernier, nous sommes en train de gérer le parc existant au Maroc. Certains propriétaires sont déjà venus chez nous s’agissant du SAV.  Nous disposons de toute l’expertise nécessaire et des infrastructures adéquates pour répondre favorablement aux exigences de notre nouvelle clientèle.

C. Comment va se déployer la marque Jeep dans le Royaume ? Disposerez-vous de showrooms dédiés et d’équipes spécifiques. Qu’en sera-t-il du positionnement de la marque ?  
M.T. Nous articulerons notre politique de développement sur plusieurs axes stratégiques à commencer par notre positionnement tarifaire. Nous ferons de Jeep une marque premium. Pour y parvenir, nous devons utiliser tous ces avantages liés à ce constructeur à l’instar de son potentiel historique. Souvenez-vous, cette marque fut une pionnière en matière de 4X4. S’agissant de nos équipes, elles ont été formées en conséquence. Nous devrions à plus où moins long terme disposer de showrooms dédiés.  Précisément, nous devons travailler sur l’organisation de notre réseau de distribution et le volet service après-vente nous apparaît crucial.

C. Vos partenaires liés à la distribution vont-ils eux aussi commercialiser cette marque ?  
M.T. Nous sommes en train de concocter une  stratégie avec nos  filiales réparties  dans le Royaume, mais également nos partenaires tels qu’Auto Hall et Fenie Brossette.

 C. Quand interviendra la commercialisation des modèles Jeep dans le Royaume ?  
M.T. Compte tenu du mois sacré du Ramadan mais aussi du mois d’août où l’activité commerciale est plutôt calme, nous démarrerons pleinement notre activité à compter du mois de septembre. La gamme devrait s’articuler autour de trois véhicules connus à savoir le Wrangler, le Compass et le Grand Cherokee.

C. Adossée à la marque, vous disposez également d’une école de formation baptisée la «Jeep Academy». De quoi s’agit-il exactement ?  
M.T. Nous avons mis en place, il y a de cela trois ans et avec succès, l’Alfa Master Drive, notre école de pilotage localisée sur le paddock du circuit Moulay El Hassan de Marrakech. Nous avons accueilli plus de 1000 participants dans le cadre de nos différentes cessions de stage. Il nous paraissait opportun de reproduire cette expérience avec la «Jeep Academy» qui proposera non seulement aux clients Jeep, mais également aux amateurs de 4×4, une formation dédiée à l’utilisation «on road» et «off road» des SUV et 4×4. Des stages qui s’effectueront à la fois sur le bitume du paddock, mais également sur les pistes caillouteuses et sablonneuses du désert proche de Marrakech.

C. Quels seront vos objectifs commerciaux avec Jeep ?  
M.T. Le segment des SUV dans le Royaume représentaient en 2012 près de 20% de parts de marché avec 22.000 immatriculations contre 2.800 il y a de cela 10 ans. Ce qui représente une progression exceptionnelle de près de 600% supérieure à la progression générale du marché de l’automobile. Vous pensez bien qu’en devenant importateur exclusif de Jeep, nous souhaitons nous intégrer dans cette dynamique et augmenter nos parts de marché sur ce segment.

C. Quel bilan faîtes-vous de l’activité commerciale de FGAM à fin juin ?  
M.T. Nous sommes satisfaits de ce premier semestre d’activité commerciale pour l’année 2013 durant lequel notre Groupe a enregistré une croissance de l’ordre de 18,9% par rapport au premier semestre de l’année 2012, face à un marché en baisse de 6,5%. Nous espérons dépasser à la fin de l’année les 8.000 voitures vendues. ν

 
Article précédent

Samsung Série 7 : l'ultraportable à la coréenne

Article suivant

Journalistes ou délateurs ?