Maritime

Marhaba 2021 : l’Espagne de nouveau exclue des points de transit

Les autorités compétentes sont à pied d’œuvre pour faire l’opération Marhaba 2021 un succès, en dépit de la crise sanitaire qui persiste. L’opération aura lieu à partir des mêmes points de transit maritime de l’année dernière. L’Espagne est de nouveau exclue des points de transit.


Le Ministère des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger a en effet annoncé récemment, que « Marhaba 2021 aura lieu à partir des mêmes points de transit maritime de l’année dernière », et ce, conformément aux mêmes conditions sanitaires. « En plus du test PCR présenté lors de l’embarquement, les voyageurs subiront un autre test à bord », poursuit le ministère des Affaires étrangères.

« En fait, suite à cette décision des autorités, tout dépendra maintenant de la réponse des flottes à partir de l’Italie et à partir de la France. Actuellement, il y a trois compagnies qui desservent les lignes qui partent de la France. Il y a Balearia qui fait Sète-Nador, Nador-Sète (l’Oriental). Il y a la compagnie GNV qui fait Tanger-Sète et Sète-Tanger. Et ensuite, cette même compagnie (GNV) fait Tanger-Gênes (Italie). De même, une autre société française qui s’appelle La Méridionale a commencé ses dessertes au mois d’octobre dernier. Elle dessert la ligne Tanger-Sète », explique Najib Cherfaoui, Expert portuaire et maritime.

Lire aussi| Le Maroc établit deux listes pour l’ouverture de son espace aérien

« Il s’agit de navires de grandes capacités, qui font le parcours en 36 heures. Donc, c’est largement jouable », poursuit-il. Najib Cherfaoui estime, quant au non-maintien de Algesiras (Espagne) comme en 2020, que le problème, même s’il est possible d’établir un lien avec la crise diplomatique entre le Maroc et l’Espagne, est plus lié au mode de transport. Rappelons que l’Espagne ne faisait pas partie du dispositif de l’année dernière qui ne concernait que la France (Port de Sète) et l’Italie (Port de Gênes).

Lire aussi| BFO Partners, la foncière qui monte au sein du groupe Bouzoubaa

« Entre Algesiras (Espagne) et Tanger, c’est un taxi qui dessert en 20 minutes à peu près. Et dans ce cas, la quarantaine est difficile. Quand vous faites une traversée d’un jour et demi venant de la France ou de l’Italie, cela laisse le temps aux services compétents d’apprécier la situation sanitaire des passagers avant de laisser entrer sur le territoire national, dans le but de limiter les contaminations. Donc, ce long trajet est compatible avec la pandémie, contrairement au trajet avec Algesiras qui se fait en quelques minutes et qui ne permet pas d’évaluer la situation des passagers, alors même qu’il s’agit de milliers de personnes. Toutefois, je ne peux exclure un lien avec le dossier Brahim Ghali. Cela a pu constituer une situation aggravante », décrypte l’expert. Pour rappel, l’opération Marhaba ne concerne que les MRE désirant revenir au Royaume pendant l’été pour voir leurs familles et autres.

 
Article précédent

«Mon histoire avec les médicaments», une autobiographie de feu Omar Tazi [Chapitre 12]

Article suivant

Marhaba 2021 : colère en Espagne après l’exclusion des ports espagnols