Interview

Mark Willis : « Nous avons dû suspendre les opérations du groupe Accor dans plus de 50% de notre inventaire global »

Le monde entier étant touché par le coronavirus, le secteur hôtelier a été parmi les premiers à en ressentir l’impact. Des aéroports fermés, des vols suspendus… une situation qui engendre des annulations de réservations hôtelière. Mark Willis, DG Moyen-Orient et Afrique du groupe Accor, nous en parle.


Challenge: Comment se portent vos affaires dans la situation actuelle ?

Mark Willis: En raison des restrictions de voyage dans notre région, notre niveau d’activités a été affecté, nous menant ainsi à stopper le fonctionnement de certains hôtels dans toute la région Moyen-Orient et Afrique. Nos équipes, en réponse à la diminution du nombre d’hôtels fonctionnels, ont revisité leurs modèles de gestion opérationnelle afin de chercher de nouveaux moyens de continuer nos activités en ces temps remplis d’incertitude, et plus particulièrement, à rechercher des solutions applicables lorsque les effets du Covid 19 sur l’industrie du tourisme commenceront à diminuer.

Bien que nous pensions au futur de nos opérations lorsque les activités reprendront leur cours, c’est avec humilité que je témoigne des actions que nos hôtels dans la région Afrique Moyen-Orient entreprennent durant cette situation à travers notamment la collaboration avec les entités gouvernementales et les services de santé officiels pour assurer le service dans les hôtels en quarantaine. Cela passe aussi par la mise à disposition de chambres pour les professionnels de santé et l’assistance des effort sanitaires des zones publiques comme les écoles, les parcs et les hospices.

Quel est l’impact de cette pandémie sur l’industrie hôtelière?

L’impact a bel et bien été remarquable sur tous les groupes hôteliers de renoms mondiaux. Pour le groupe Accor, plus de 90 des 110 pays dans lesquels nous opérons ont été placés sous des restrictions de voyage. C’est ainsi que nous avons malheureusement dû suspendre les opérations dans plus de 50% de notre inventaire global (presque 3000 hôtels).

Ma priorité majeure en ce moment est de travailler avec mon équipe avec diligence afin d’être apte à ouvrir l’ensemble de nos établissements en Afrique et Moyen-Orient le plus tôt possible, tout en assurant la sûreté et la sécurité de nos clients et nos équipes.

Lire aussi | Rapatriement des Marocains venus d’Algérie : voici leurs témoignages !

Quel type de stratégie avez-vous entrepris pour préserver les postes de travail durant cette période ?

Notre priorité repose sur le bien-être de nos collaborateurs et de nos clients. Du fait de notre présence dans de nombreux pays de différentes régions, nous travaillons en collaboration avec les autorités locales pour s’assurer d’être guidés par les législations locales prenant en compte le bien-être de nos employés et les statuts de leurs emplois pendant ces temps difficiles.

Quelles ont été les mesures mises en place par le groupe ?

En ces temps sans précèdent, la mesure la plus signifiante que le groupe Accor ait mise en place pour soutenir nos collaborateurs et partenaires est le lancement du fonds ALL Heartist. Un total de 70 millions euros a été placé dans ce fonds pour être distribué entre les collaborateurs et les partenaires qui ont été directement affectés financièrement par cette crise, ainsi que pour assurer la prise en charge des frais médicaux pour les employés ne bénéficiant pas d’une couverture sociale ou d’assurance médicale.

Ce fonds ALL Heartist s’ajoute également aux initiatives qui ont été prises par de nombreux hôtels à travers l’Afrique et le Moyen-Orient, telles qu’une collaboration avec notre partenaire RISMA au Maroc, donnant lieu à plus de 500 chambres mises à disposition des professionnels médicaux en première ligne. De plus, après avoir suivi un entrainement sur les processus sanitaires émis par le gouvernement, l’équipe du Movenpick Aswan aide à la stérilisation des écoles, crèches, mosquées, églises ainsi qu’à plus de 700 domiciles au sein de leur communauté.

Au Sofitel Luxor Winter Palace, l’équipe de l’hôtel prépare et distribue quotidiennement des repas pour les équipes médicales de patients en quarantaine. Enfin, pour renforcer les mesures d’hygiène et de stérilisation, des barres de savons et de savons recyclés sont largement distribuées par le Pullman Dakar et le Movenpick Nairobi à travers de nombreuses communautés.

 
Article précédent

Ecoles privées : Amkraz dénonce certaines pratiques

Article suivant

DGSN : Plus de 53.413 personnes interpellées pour violation de l’état d’urgence sanitaire