Partenariat

Maroc-Chine : Ce que prévoit la nouvelle cité industrielle au Nord

Première retombée du partenariat stratégique entre le Maroc et la Chine. Le nouveau parc industriel et résidentiel s’inscrit dans le cadre d’un mémorandum d’entente signé entre le Maroc et le groupe chinois HAITE, devrait permettre, d’une part, à la Chine de renforcer ses investissements au Maroc et partant sa compétitivité économique extérieure, surtout en Afrique, et, d’autre part, au Royaume de promouvoir la création d’emplois et le transfert de savoir-faire et des technologies. Ainsi, « le textile, l’automobile et l’aéronautique constituent les vecteurs stratégiques de cette ville industrielle, qui sera créée sur une superficie oscillant entre 1.000 et 2.000 ha, grâce à un partenariat stratégique avec le groupe chinois HAITE, l’un des pionniers de l’industrie chinoise, et ce afin de profiter de son modèle économique et d’inciter d’autres investisseurs chinois à s’implanter au Maroc », précise Moulay Hafid El Alamy ministre de l’Industrie, du commerce, de l’investissement et de l’économie numérique.


Pour sa part, le président du Conseil de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima, Ilyas El Omari, a souligné que cette rencontre vient conforter le partenariat stratégique dans les domaines économique et politique liant le Maroc et la Chine et mettre en œuvre les dispositifs du mémorandum d’entente signé entre les deux pays pour la réalisation de ce parc industriel et résidentiel à Tanger, invitant les entrepreneurs chinois à tirer profit des potentialités économiques de la région et des facilités offertes par le Royaume aux investisseurs étrangers. Il a ajouté à ce propos que ce projet nécessite un investissement d’environ 10 milliards de dollars et prévoit la création de 300.000 emplois, notant que 50%  du terrain relatif au projet est disponible pour le début des travaux prochainement.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Le médiateur a du pain sur la planche

Article suivant

Abdellatif Jouhari dévoile la feuille de route de l’observatoire de la TPME