Les chroniques de Jamal Berraoui

Maroc : il faut changer de logiciel

La sortie du confinement devait être progressive, mais par manque de préparation, elle est chaotique et porte les germes d’un drame sanitaire.


Le gouvernement a fait faillite sur le plan de la communication, mais aussi sur la concertation. Il n’y a pas une seule profession qui se dit prête à appliquer les protocoles. Résultat, nous avons ceux qui font fi des règles prudentielles, les marchés populaires par exemple et ceux qui en profitent pour saigner les marocains, les transports remportent la palme dans cette honteuse attitude.

Lire aussi | Rapatriement des Marocains bloqués à l’étranger : bonheur pour les uns, honneur pour les autres !

Mais il nous faut aller plus loin que le descriptif. Le Maroc peut gagner à l’issue de cette crise, si nous tirons les bonnes conclusions. Celle qui s’impose, c’est que l’Etat hyper centralisé n’a pas l’agilité nécessaire pour gérer une crise de ce genre. C’est une évidence dès qu’on oublie les idéologies. Il faut donner beaucoup plus de compétences, mais aussi de moyens, aux pouvoirs locaux, dès le niveau de la commune. Après, il faut bien entendu réformer en profondeur le champ politique, permettre des listes citoyennes non affiliées, porteuses d’un projet local. Bien sûr qu’il faut éviter les baronnies mafieuses, mais c’est à la justice de faire preuve de plus de célérité. Le dossier du casino Sâadi à Marrakech traîne depuis 15 ans, alors que les aveux de corruption sont publics, enregistrés.

Lire aussi | Ahmed Akhchichine : « Dans cette crise, les régions ont pris l’option d’aller là où l’Etat ne peut pas aller en termes d’intervention »

Le logiciel de la décentralisation, de la déconcentration doit s’appuyer sur la confiance des acteurs locaux, de leur capacité à dégager les priorités, mais aussi à intégrer les choix nationaux. Ce n’est pas une impossibilité. La qualité des élus locaux changera parce que les nouvelles responsabilités attireront de nouveaux profils. Soit on se dirige vers cette nouvelle organisation, soit on se résout à l’impuissance, parce que l’Etat omnipotent c’est une fable.

Tribune et Débats

La tribune qui vous parle d’une actu, d’un sujet qui fait débat, les traitent et les analysent. Économistes et autres experts, patrons d’entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s’y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.

Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.

 
Article précédent

Live. Coronavirus : la situation au Maroc, mardi 30 juin à 18h

Article suivant

Le monde en 2033 [ Analyse ]