Industrie

Maroc : le GPPEM donne un avant-goût de l’événementiel à l’ère du Covid-19

Afin de démontrer la capacité des opérateurs du secteur à réaliser des événements malgré le contexte Covid-19, le Groupement Professionnel des Prestataires de l’Événementiel au Maroc (GPPEM) a organisé le mardi 6 octobre à Casablanca, en partenariat avec Bureau Veritas et Hyatt Regency, la simulation d’un événement dans des conditions réelles.


Distance entre les chaises, signalétiques, distribution de bavettes et gel hydroalcoolique, obligation du port du masque… Cet exercice avait pour objectif d’exhorter le ministère de la Santé et celui de l’Intérieur à valider le protocole sanitaire dédié à l’événementiel, élaboré dès juillet, en collaboration avec Bureau Veritas, le ministère de l’Industrie et Imanor. L’autorisation d’événements de 50 à 100 personnes reste aujourd’hui l’unique solution qui pourrait sortir les opérateurs de l’événementiel de l’agonie qui les frappe et leur éviter ainsi la perte de plus de 100.000 emplois, avance le Groupement.

Lire aussi | Évolution du Coronavirus au Maroc : 2553 nouveaux cas, 137.248 au total, mardi 6 octobre à 18 heures

Il ajoute que le secteur de l’industrie de l’événementiel est à l’arrêt depuis plus de 7 mois au Maroc. Trois semaines avant l’annonce de l’interdiction des rassemblements de tous genres (Décret-loi n°2-20-293 du 24 mars 2020), les opérateurs de l’événementiel recevaient déjà les premières annulations. Une grave crise s’annonçait pour le secteur, rappelle le Groupement.

Le comité de veille Covid-19 du GPPEM savait que la crise engendrée par le coronavirus allait terrasser le secteur de l’événementiel. Il n’a alors cessé de travailler en étroite collaboration avec différents responsables pour atténuer les effets de cette grave crise. « Après le plan de relance et le guide de relance, la validation du protocole sanitaire du GPPEM, par le Ministère de la santé et celui de l’intérieur, reste aujourd’hui l’unique issue qui permettrait la reprise des événements de 50 à 100 personnes », explique Aziz Bouslamti, Président du GPPEM, .

Lire aussi | De la souveraineté populaire

En effet, malgré le contrat programme portant sur la relance du secteur de l’événementiel signé lundi 5 octobre lors de la 10ème réunion du Comité de Veille Economique (CVE), la reprise des activités du secteur de l’industrie de l’événementiel, qui n’a toujours pas été autorisée, reste vitale pour les opérateurs. Néanmoins, sans une reprise rapide de l’événementiel, le secteur risque de disparaître et, avec, plus de 100.000 emplois. Ce sont également 25 années d’une expertise qui a engendré un capital immatériel inestimable que le Maroc perdra, soutient le GPPEM.

Pour rappel, le GPPEM, représentant majeur du secteur de l’industrie de l’événementiel a, depuis mars élaboré un plan d’actions afin d’accompagner les opérateurs dudit secteur durant cette crise. Appel au soutien des salariés, élaboration de la première étude du secteur au Maroc, plan de relance, guide de relance, protocole sanitaire, demande de structuration du secteur, rencontres avec différents représentants du gouvernement… le comité de veille Covid-19 du GPPEM n’a cessé d’œuvrer pour sortir le secteur de la crise.

 
Article précédent

De la souveraineté populaire

Article suivant

Finance verte : une réponse aux nouveaux défis