Economie

Maroc : Les entreprises reprendront après l’Aïd

Le ministre de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’Administration, Mohamed Benchaaboun, a donné le feu vert aux entreprises pour reprendre leurs activités directement après la fête d’Aïd Al fitr.


L’activité économique, sévèrement touchée par les répercussions du confinement établi pour lutter contre l’épidémie du coronavirus, devrait reprendre dans quelques jours au Maroc. Le ministre de l’Economie, Mohamed Benchaâboun a donné son feu vert aux entreprises pour reprendre leurs activités directement après la fête d’Aïd Al fitr et ce, en dépit de la prolongation de l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 10 juin. Benchaaboun a appelé l’ensemble des acteurs économiques à reprendre les activités de leurs entreprises, à l’exception de celles suspendues sur ordre des autorités autorisées. « Je demande davantage de mobilisation et d’engagement pour prendre les mesures nécessaires afin de déployer une stratégie de relance économique que nous œuvrons, de notre côté, pour en dessiner les grands axes dans le cadre de l’amendement du projet de loi de finances », a-t-il déclaré lors de la séance des questions orales à la Chambre des conseillers.

Cette décision a été prise pour limiter les effets du confinement sur l’activité économique. Le ministre a signalé que les deux mois de confinement devraient coûter à l’économie marocaine 6 points de croissance de son produit intérieur brut (PIB) pour l’année 2020, ce qui signifie une perte de 1 milliard de dirhams par jour de confinement. Benchaâboun a par ailleurs indiqué que son département s’attèle à mettre les dernières touches au plan de relance économique, dont les grandes lignes seront présentées en parallèle avec le projet de Loi de Finances rectificative.

Lire aussi : Confinement : Le Maroc perd 1 milliard de dirhams par jour

Le ministère veille à faire du plan de relance économique un pacte de redynamisation de l’économie et de l’emploi, basé sur une ambition commune et partagée entre les différentes parties concernées (Etat, entreprises, secteur bancaire et partenaires sociaux,…), et ce conformément à des engagements clairement définis basés sur des outils efficaces de suivi et d’évaluation, a-t-il indiqué.

Dans le cadre de ce plan de relance économique, un focus sera fait sur l’appui à la fois de l’offre et la demande, a expliqué le ministre, faisant savoir que dans le but de mettre en place les mécanismes de financement à même de garantir les fonds nécessaires à la reprise économique des entreprises, toutes catégories confondues, le CVE a décidé de réviser le dispositif « Damane Oxygène » en le rendant « plus souple » et en améliorant les conditions de financement de la reprise économique en faveur, particulièrement, des TPE et PME avec une prolongation jusqu’au 31 décembre 2020 sans exigence, désormais, de toute garantie.

Quant aux entreprises dont le chiffre d’affaires est supérieur à 500 millions de dirhams, elles seront intégrées dans un mécanisme approprié pour financer leur reprise. Une commission, composée du ministère de l’économie, des Finances et de la réforme de l’administration, de Bank Al-Maghrib, de la Confédération générale des entreprises du Maroc et du Groupement professionnel des banques du Maroc s’attèle à définir les modalités et les mesures d’application de ce mécanisme.

Le ministre a également fait savoir que le CVE a examiné la situation des Etablissements et entreprises publics, notant qu’il a été convenu de créer un fonds de garantie spécial qui permettra aux établissements impactés par la pandémie de la Covid-19 d’accéder à de nouvelles sources de financement nécessaires au renforcement de leurs capacités de financement et par conséquent, assurer une croissance soutenue et durable de leurs activités.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Confinement : Le Maroc perd 1 milliard de dirhams par jour

Article suivant

60% des ménages ont des difficultés d’accès aux aides publiques