Finance

Maroc : Les gestionnaires indépendants d’OPCVM se distinguent au premier semestre 2019

Après une fin d’année 2018 marquée par une décollecte de plusieurs milliards de dirhams, les six premiers mois de l’année en cours ont manifestement redonné le sourire aux gestionnaires des Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières (OPCVM).


Les actifs sous gestion répartis entre les quelques 450 véhicules recensés ont dépassé, à fin juin 2019, la barre des 450 milliards de dirhams, soit une progression de 4% depuis le démarrage de l’année, ce qui augure une performance annuelle de bonne facture devant probablement renouer avec le cycle de croissance à deux chiffres ayant prévalu de 2014 à 2017 (avant qu’un net ralentissement ne vienne en 2018 y mettre un terme).

Toutefois, cette embellie est loin d’avoir profité de façon uniforme à la vingtaine de gestionnaires actifs agréés par l’AMMC (Autorité Marocaine des Marchés de Capitaux). Aussi, sur les 16,4 milliards de dirhams de collecte nette réalisés par toute la profession depuis le début de l’année, plus des deux tiers ont été le fait des acteurs indépendants (alors qu’ils ne représentent en cumulé que 17% des encours totaux) ; tandis que les grosses pointures adossées aux groupes financiers ont globalement souffert au titre de la même période en affichant soit un recul de leurs encours tels CDG Capital Gestion, Sogecapital Gestion et BMCI Asset Management soit des évolutions inférieures au marché à l’instar du leader incontesté Wafa Gestion (avec 25% de parts de marché) ou encore CFG Gestion.

Lire aussi : Les encours des OPCVM s’envolent vers les 400 milliards de DH

Cette évolution contrastée s’est même accompagnée d’une « consécration » inédite de deux gestionnaires indépendants, en l’occurrence Capital Trust Gestion et IRG Asset Management, qui ont fait leur entrée à quelques mois d’intervalle dans le club très select des acteurs dont l’actif sous gestion dépasse les 10 milliards de dirhams. D’ailleurs, la société créée en 2009 par Omar Alami s’est même payé le luxe de faire bondir ses encours de 70% (en les hissant à près de 12 milliards de dirhams) et en s’accaparant au passage la deuxième place des gestionnaires indépendants derrière Valoris Management (groupe Capital Gestion) qui caracole, lui, à plus de 30 milliards de dirhams et occupe la cinquième position toutes sociétés de gestion confondues.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

9 octobre 2002 : Driss Jettou, nommé Premier ministre

Article suivant

Émergence et PAI : L’activation des ressorts et facteurs moteurs de la compétitivité