Business

Maroc-Royaume – Uni : La coopération reprend de plus belle !

Le Maroc et le Royaume – Uni  veulent  donner un nouvel élan à leur  coopération économique et commerciale. Dans cette perspective, la CGEM a reçu, ce mercredi 11 novembre 2015, une délégation britannique importante présidée par Tobias Ellwood, le ministre britannique aux affaires étrangères chargé de la région MENA.


Hakim Marrakchi, président de la Commission CGEM-International, lors de la rencontre d’affaires maroco-britannique.

A cette occasion, les participants ont présenté les plans sectoriels du Maroc relatifs notamment à l’industrie, les énergies renouvelables, les infrastructures, les mines et l’éolien. « Actuellement, nous avons besoin de renforcer les partenariats avec le secteur privé pour réussir tous les écosystèmes sectoriels »  a déclaré Mamoun Bouhdhoud, ministre délégué auprès du ministre de l’Industrie, du. Commerce, de l’investissement et de l’économie numérique.

Hakim Marrakchi, président de la Commission CGEM-International n’a pas manqué de préciser  que le Maroc se veut aujourd’hui un hub régional et continental.  « Nous voulons construire l’avenir de l’Afrique dans plus de 25 pays en développant tous les secteurs économiques » a-t-il dit. Et  d’ajouter : « aujourd’hui nous souhaitons voir les compagnies britanniques tirer les dividendes de cette ouverture économique que connaît le Maroc ».

Par ailleurs,  les deux pays ont souligné la nécessité de définir une  politique  à même de  promouvoir les relations bilatérales. Cela devra passer par le dépassement de certains obstacles qui handicapent l’évolution des échanges commerciaux et la promotion de la coopération économique. Abdessamad Fatmi, conseiller chez le ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle a pointé le problème de la langue. « Nous travaillons sur la promotion de l’aspect linguistique anglais dans les écoles primaires, les collèges et les lycées. Cette volonté trouve son  origine dans le désir du Maroc d’apprendre et de s’inspirer de l’expérience anglaise dans l’éducation et la formation ».

Il faut dire que la délégation britannique a été séduite par les plans sectoriels et la stratégie de développement en Afrique adoptés par le Maroc.  D’ailleurs, les membres de cette délégation n’ont pas caché leur enthousiasme et leur intérêt d’investir au Maroc et renforcer les liens commerciaux. «  Il s’agit d’un moment opportun pour les britanniques de venir investir au Maroc. Ce pays offre plusieurs opportunités de croissance en raison de sa stabilité politique, la croissance maintenue du PIB et sa position géographique » avance Tobias Ellwood.

Pour l’heure, les échanges bilatéraux de biens et de services entre les deux Royaumes s’élèvent à près de deux milliards de livres sterling soit 30,4 milliard de DH. Aussi, 200 entreprises marocaines exportent leurs produits vers le Royaume-Uni et près d’une centaine de compagnies britanniques sont déjà présentes au Maroc (GlaxoSmithKline, Shell, Bombardier, Jaguar Unilever…). Ainsi, le Royaume-Uni est le 61ème investisseur au Maroc. Notons, enfin, que  le Maroc reçoit 1% des investissements britanniques dans le monde. 

Tribune et Débats

La tribune qui vous parle d’une actu, d’un sujet qui fait débat, les traitent et les analysent. Économistes et autres experts, patrons d’entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s’y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.

Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.

 
Article précédent

La pénalisation de la fraude fiscale n’est pas pour demain

Article suivant

Renault-Dacia : un nouveau showroom et des chiffres à la hausse