Entreprises & Marchés

Maroc Telecom : 1,6 Mrd de DH dans les nouvelles filiales


Télécom.  L’opérateur historique veut rapidement remettre les six nouvelles filiales qu’il vient d’acquérir aux standards du groupe. Pour ce faire, Maroc Telecom prévoit un investissement de 1,6 milliard de DH (200 millions de dollars) sur cinq ans. La part de contribution des filiales africaines dans le chiffre d’affaires du groupe (30% en 2014) devrait sensiblement augmenter dans les années à venir. par Roland Amoussou

C’est une importante enveloppe que va consacrer l’opérateur historique à ses filiales en Afrique sur les cinq prochaines années. Maroc Telecom veut augmenter sensiblement ses investissements pour revigorer les six nouvelles filiales qu’il vient d’acquérir. Il s’agit d’un investissement de 200 millions de dollars (soit 1,6 milliard de DH), non seulement dans la qualité des réseaux, mais aussi dans le déploiement du Très haut débit Fixe et Mobile au niveau des filiales. « Les nouvelles filiales ont besoin de financer des investissements nouveaux. On ne les a pas récupérées en bon état », a souligné le Président du Directoire de Maroc Telecom, Abdeslam Ahizoune, qui présentait les résultats financiers de son groupe à l’issue de l’exercice 2014 le 23 février à Rabat. Cette année, l’opérateur historique va s’atteler à intégrer les six nouveaux opérateurs Moov au Bénin, au Togo, en Côte d’Ivoire, au Niger, en République Centrafricaine et au Gabon dans le périmètre du groupe. Rappelons que Maroc Telecom a acquis ces six nouvelles filiales auprès de son actionnaire majoritaire (53% du capital de l’opérateur historique), l’Emirati Etissalat pour 650 millions de dollars, afin d’étendre sa présence sur le continent. Pour financer ce lourd investissement, Maroc Telecom va bénéficier d’un prêt de 200 millions de dollars sans intérêt, remboursable sur quatre ans. Toutefois, soulignons que l’intégration de ces nouveaux opérateurs dans le giron de Maroc Telecom relève d’un vrai défi. Alors que les quatre filiales initiales n’ont cessé d’enregistrer une croissance à double chiffre (+11,3% en 2014), avec une contribution importante au chiffre d’affaires du groupe depuis plusieurs années, la relance de ces nouveaux acteurs dans le périmètre de l’opérateur historique pourrait diluer, un tant soit peu, la performance globale des filiales africaines.

Chiffre d’affaires en hausse de 2,1% en 2014

Cela, dans la mesure où contrairement aux quatre filiales initiales qui sont des leaders dans leurs marchés respectifs, la plupart des nouvelles filiales ne sont pas en pôle position dans leurs marchés (Côte d’Ivoire, Niger etc). Mais, en tous cas, Abdeslam Ahizoune, l’homme qui a fait de Maroc Telecom un opérateur continental, ne voit pas cette situation comme un obstacle, puisque ces investissements, étalés sur cinq ans, vont justement servir à booster la compétitivité de ses filiales pour les remettre aux standards du groupe. Pour 2015, il veut porter la contribution des filiales, qui a atteint 30% cette année, à 40%, et ce taux devrait monter crescendo au fur et à mesure des années.
Par ailleurs, concernant les résultats financiers du groupe sur l’exercice 2014, la moisson a été bonne pour l’opérateur historique. Maroc Telecom affiche une excellente santé financière avec un chiffre d’affaires consolidé du groupe de 29,1 milliards de DH, en progression de 2,1%. « C’est une première depuis quatre ans maintenant », a souligné Abdeslam Ahizoune. Le résultat net part du groupe s’élève à 5.850 millions de DH, soit une hausse de 5,6% par rapport à 2013. Au Maroc, la croissance du chiffre d’affaires affiche 0,9% au compteur, après plusieurs années consécutives de baisse ou de stagnation.
Ce sont les filiales africaines qui ont porté le groupe, avec une progression de 11,3% de leur chiffre d’affaires pour s’établir à 8,6 milliards de DH, essentiellement tiré par la croissance du parc Mobile. Il faut savoir qu’un client sur deux de Maroc Telecom est en Afrique subsaharienne. Ainsi, Maroc Telecom a engrangé un chiffre d’affaires de 1, 64 milliard de DH en Mauritanie (+11,6%), 2,35 milliards de DH au Burkina-Faso(+6,5%), 1,78 milliard de DH au Gabon(+20,9%) et 2,9 milliards de DH au Mali(+10,2%). Dans le détail, le parc du groupe s’établit à plus de 40 millions de clients, soit une croissance de 8,2% par rapport à 2013.
Une performance qui est due essentiellement aux opérations à l’International, dont le parc atteint près de 20 millions de clients, en croissance de 17% en un an, explique l’opérateur historique.
Le parc Mobile est en hausse de 0,2% sur un an, pour atteindre 18,2 millions de clients. Soulignons que dans le Royaume, au 31 décembre 2014, le chiffre d’affaires de l’activité Mobile au Maroc a connu un recul de 3,2% à 15214 millions de DH. De son côté, le parc Fixe croît de 7,6%, à 1 483 milliers de lignes, et celui de l’ADSL progresse de 17,6% pour atteindre 984 milliers de clients. Force est de préciser que Maroc Télecom propose une distribution de 100% du résultat 2014, soit 6,9 DH par action, en croissance de 15%. En termes de perspectives, le groupe entend poursuivre ses investissements dans les infrastructures Mobile et Fixe dans les années à venir.

Tribune et Débats

La tribune qui vous parle d’une actu, d’un sujet qui fait débat, les traitent et les analysent. Économistes et autres experts, patrons d’entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s’y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.

Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.

 
Article précédent

L’accélération industrielle entraine le textile

Article suivant

Gouvernance bancaire : une avancée importante