Coopération

Maroc-UE. La CGEM plaide pour un partenariat win-win

Le président de la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM), Chakib Alj, a souligné, mercredi à Bruxelles, que la CGEM veut établir un partenariat « gagnant-gagnant » en matière de commerce et d’investissement avec l’Union européenne (UE).


« Nous voulons créer un partenariat win-win et constructif avec l’UE pour que les entreprises européennes viennent investir au Maroc et contribuent davantage au développement de notre économie », a souligné Chakib Alj lors d’un point de presse, à l’occasion d’une visite d’une délégation de la CGEM à Bruxelles pour présenter notamment le nouveau « Pacte de modernisation du commerce et de l’investissement entre l’UE et le Maroc ».

Rappelant que ce Pacte ambitionne de donner un nouveau souffle aux relations commerciales et d’investissement UE-Maroc, Chakib Alj a fait part de la disposition des milieux d’affaires marocains et européens à travailler en étroite collaboration avec les institutions de l’UE pour « hisser notre partenariat à un niveau supérieur, dans l’intérêt des deux parties ». « Le Maroc est le plus grand partenaire commercial de l’UE dans le sud avec 35,5 milliards d’euros d’échanges commerciaux », a-t-il fait observer, soulignant la volonté de la CGEM de « créer un vrai tissu industriel en collaboration avec l’Europe ».

Les échanges commerciaux entre l’Europe et le Maroc sont « très importants », a-t-il insisté, affirmant que « nous voulons développer davantage ces relations et attirer aussi bien les grands groupes que les PME pour qu’ils s’implantent au Maroc ».

Le président de la CGEM a également mis en avant la vision du Maroc vis-à-vis du continent africain, qui tend à asseoir le Royaume comme hub régional et international. Chakib Alj a par ailleurs passé en revue les atouts du Maroc et le potentiel qu’il présente en termes d’investissement, relevant que le Royaume a connu une transformation globale ces dernières années.

Il a indiqué dans ce sens que le Maroc a lancé des chantiers d’envergure dans les domaines des infrastructures, de la logistique, de l’énergie, etc… et mis en place plusieurs stratégies sectorielles ciblées qui ont fait du Royaume une destination industrielle fiable et compétitive.

Le président de la CGEM a également mis en évidence la stabilité du cadre institutionnel et macroéconomique du Maroc, notant que grâce aux réformes majeures mises en place ces dernières années, le Royaume a progressé de 7 places dans le classement Doing Business de 2020.

Lire aussi | Maroc. L’enseignement se fera en présentiel

Il a également souligné que pendant la pandémie de Covid-19, l’industrie marocaine a montré une réactivité « impressionnante ». « Nous avons été assez agiles pour transformer notre industrie et répondre aux contraintes posées par la crise sanitaire », s’est-t-il réjoui.

Chakib Alj a de même mis en avant la dynamique de développement dans les provinces du sud qui connaissent un véritable essor depuis plusieurs années, insistant que les entreprises marocaines créent de la valeur ajoutée et des emplois dans cette région.

Et d’ajouter que les efforts considérables consentis par le Maroc pour promouvoir le développement socio-économique des provinces du sud bénéficient directement aux populations locales.

Au cours de leur visite à Bruxelles, les membres de la délégation de la CGEM auront des rencontres avec des responsables européens afin de discuter des perspectives du partenariat entre le Maroc et l’UE en matière du commerce et d’investissement, ainsi que de présenter le nouveau « Pacte de modernisation du commerce et de l’investissement entre l’UE et le Maroc », qui vient d’être adopté par Business Europe, la CGEM et EuroCham Maroc.

Avec MAP

 
Article précédent

Coronavirus. La France met fin au port du masque à l’école dans plusieurs départements

Article suivant

Madaëf Eco6 : voici les lauréats de la 5ème édition