Mines

Maroc : un autre établissement public mis en liquidation depuis le début de la crise du Covid-19

Après plusieurs décennies de laisser-aller à l’issue desquelles le nombre des entreprises publiques en instance de liquidation s’est allongé interminablement, l’Etat marocain semble décidé à prendre les choses en main. Une action d’autant plus louable, qu’elle intervient par ces temps de crise économique inédite où la mortalité des entreprises risque justement de s’envoler !


Lire aussi | Coronavirus : les citoyens furieux face à un déconfinement qui divise

Aussi, après la liquidation il y a quelques semaines de SEPYK (Société d’Exploitation de Pyrrhotine de Kettara), un exploitant d’une mine à l’arrêt depuis 1982, c’est une autre entreprise publique – proche également du secteur minier – qu’on s’apprête à radier de l’«état civil » des personnes morales. Il s’agit de la Société Nouvelle de Réalisations Industrielles et Commerciales (Sonoric), qui avait été créée en 1978 pour produire des emballages en plastique de grands calibres (dits Big-Bag) à l’usage principalement de sa maison mère, la Société Anonyme Chérifienne d’Etudes Minières (SACEM) qui exploite plusieurs mines de manganèse au Maroc et réalise un chiffre d’affaires de 200 millions de dirhams entièrement à l’export. Une maison mère à capitaux publics, puisqu’elle même est contrôlée à 57% par l’ONHYM (Office National des Hydrocarbures et des Mines), l’opérateur public en charge du développement, de l’exploration et de l’exploitation des mines au Maroc.

Lire aussi | Déconfinement : la zone 2 pèse près de 60% du PIB national

Après quelques années seulement d’existence, Sonoric avait complété son business initial par la fabrication d’allumettes dont le procédé de fabrication utilise comme intrant le dioxyde de manganèse….dont sa maison mère était, cette fois-ci, le fournisseur. Mais à la fin des années 2000, la filiale de la SACEM à 90% a dû faire face à une forte baisse de son activité, ce qui a poussé son actionnaire public à la mettre en liquidation près de vingt ans plus tard. Rappelons que le Ministère de l’Economie et des Finances a annoncé juste avant la crise du Covid-19, sa volonté d’accélérer le processus de liquidation des entreprises et établissements publics dont certains s’éternisent dans le couloir de la mort économique depuis des lustres. Au total, on en comptait près d’une centaine d’établissements à fin 2019. A qui le tour ?

 
Article précédent

Coronavirus: de nouvelles étapes de levée du confinement d’ici la fin de la semaine

Article suivant

Coronavirus : 36 nouveaux cas, 8.921 cas au total, mardi 16 juin à 10h