High-Tech

Maroc : Une campagne de manipulation bloquée par Facebook

Facebook a annoncé, jeudi, avoir bloqué deux campagnes de manipulation, orchestrées l’une depuis l’Arabie saoudite, l’autre depuis les Émirats arabes unis et l’Égypte, et dirigées contre de multiples pays au Maghreb et au Moyen-Orient, notamment le Qatar.


Plus de 400 faux comptes comptes liés au régime saoudien ont été supprimés par Facebook. Ils visaient notamment à manipuler l’opinion publique en créant des informations négatives sur des pays rivaux.

Les auteurs de ces campagnes ont tenté de dissimuler leur identité, mais les ingénieurs du réseau ont trouvé des connexions avec des individus liés au gouvernement saoudien d’une part, et avec deux sociétés de marketing, New Waves en Égypte et Newave aux Émirats.

Dans chacun de ces deux cas (non liés entre eux), des personnes ont agi de façon concertée et utilisé des faux comptes pour se faire passer pour d’autres personnes et entités. C’est pour cette raison que nous sommes intervenus, a expliqué Nathaniel Gleicher, chef de l’unité de cybersécurité de Facebook.

Les organisateurs de la campagne saoudienne se faisaient notamment passer pour des médias locaux et abordaient des sujets comme le prince héritier Mohammed ben Salmane, sa vision politique, les succès de l’armée saoudienne au Yémen, et des critiques et accusations contre des pays voisins, notamment l’Iran, le Qatar et la Turquie.

Parmi les exemples publiés par Facebook, un compte Instagram baptisé « la vie de Mohammed ben Salmane » (en anglais) postait en novembre une photo du prince héritier saoudien embrassant un homme blessé à la tête dans un hôpital, présenté comme un soldat, avec une légende faisant l’apologie du dirigeant, que les Saoudiens « aiment comme leur propre famille ».

Cette nouvelle affaire vient illustrer la guerre d’influence actuellement en cours sur Internet entre les pays du Moyen-Orient. Ainsi, en mai dernier, des chercheurs canadiens de l’Université de Toronto ont dévoilé une campagne de désinformation, vraisemblablement liée à l’Iran, et qui tentait de propager de fausses informations sur l’Arabie Saoudite, les États-Unis et Israël. En tout, 135 faux articles de médias avaient été mis à jour et des milliers de lecteurs ont eu accès à ces fake news.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Halilhodzic arrive au Maroc pour rebondir à la tête des Lions de l’Atlas

Article suivant

Des réformes en stand-by