Étude

Maroc : une réputation en forte progression entre 2019 et 2020

« Une amélioration très significative de la réputation externe du Royaume » : c’est la conclusion à laquelle est parvenue l’IRES dans son étude sur la réputation du Maroc. Cette réputation restée stable entre 2017 et 2019 a gagné des points significatifs. La gestion de la crise du coronavirus y a apporté son grain de sel.


Le rapport réalisé par l’Institut Royal des Études Stratégiques, en partenariat avec “The RepTrak Company“, jauge à partir d’un certain nombre d’indicateurs la réputation du Maroc, aussi bien en interne qu’à l’extérieur, notamment auprès de ses partenaires principaux et certains pays spécifiques. « Il a pour objet d’examiner les forces et les insuffisances du Maroc, en termes de réputation externe et interne ainsi que les leviers qui pourraient constituer des opportunités de communication sur l’image du Royaume à l’international », précise le rapport. Des conclusions de cette 6ème édition de l’étude, il en ressort un bon dans la perception du Maroc. Le Royaume a obtenu en 2020 un score de 64,2 points sur 100 pour l’indicateur général de la réputation des pays « Country RepTrak® Pulse », « Il enregistre ainsi une amélioration de 5,4 points par rapport à 2019. Ce niveau de perception externe, le plus élevé depuis le lancement en 2015 de l’enquête sur la réputation du Maroc dans le monde, a permis au Maroc de rejoindre le top 30 des nations ayant la meilleure réputation auprès des pays du G-7 + la Russie », explique le rapport. Cela a également fait passer la réputation externe du Maroc à un niveau supérieur à moyenne des 72 pays évalués par l’indice.

Lire aussi | Dr Moncef Slaoui : « Il est plus facile de fabriquer un vaccin pour le coronavirus »

Marques & Entreprises, Technologie & Innovation

« La réputation au titre de la majorité des attributs a connu une forte amélioration entre 2019 et 2020. Les attributs « Marques et entreprises reconnues » et « Technologie et innovation » ont affiché les taux d’amélioration, au titre de la réputation, les plus élevés. Des attributs qui gardent une bonne marge de progression pour les années à venir », indique le rapport.

L’enquête ayant été menée entre les mois de mars et mai, la gestion de la crise du coronavirus a déteint sur les résultats, … en bien. « Les efforts déployés pour la gestion de la crise sanitaire par les autorités marocaines, sous le leadership de Sa Majesté le Roi, ont contribué à l’amélioration sensible de la réputation externe du Maroc. L’analyse du contenu des médias électroniques officiels a montré que le Royaume a été cité en exemple dans ce domaine », explique le rapport.

En tout, le Maroc a eu, auprès des pays du G7 et de la Russie une réputation similaire à celles de Taïwan, de la Malaise et de l’Argentine. Cette réputation est favorable en France, aux USA, au Royaume-Uni et en Australie. Dans certains pays comme le Chili, la Suède, le Nigeria, l’Afrique du Sud et la Turquie, elle atteint au contraire un niveau bas. Avec la Turquie où les relations commerciales sont tendues, sur fond d’accusation de dumping commercial et d’accord de libre échange déséquilibré, on ne pouvait pas en attendre autrement. Et l’Afrique du Sud continue de maintenir une ligne hostile au Maroc sur le sujet de l’intégrité territoriale du Royaume. L’édition de 2020 de l’enquête sur la réputation du Maroc se base sur un échantillon de 24 pays qui comprend les pays de l’ancien G-8 (G-7+la Russie) ainsi que 16 pays développés et/ou émergents, relevant des principales régions du monde, qui constituent une priorité de la stratégie de positionnement international du Maroc.

Lire aussi | Tourisme : voici ce qu’il faut savoir sur la récente réunion entre la tutelle, RAM et les professionnels

 
Article précédent

Votre e-magazine Challenge du vendredi 11 septembre 2020

Article suivant

Coronavirus : Kénitra et Mehdia retournent en confinement