Culture

Maroc-USA : signature d’un mémorandum d’entente pour protéger les biens culturels marocains contre le trafic illicite

Le ministre de la Jeunesse de la Culture et des Sports, Othman El Ferdaous, a signé, jeudi 14 janvier, avec la Secrétaire d’État Adjointe des États-Unis aux Affaires éducatives et culturelles, Marie Royce, un mémorandum d’entente pour protéger les biens culturels marocains contre le trafic illicite, qui prévoit des mesures procédurales pour lutter contre le trafic des objets archéologiques et ethnographiques du Maroc vers les Etats-Unis.


Pour rappel, le patrimoine immatériel n’est aujourd’hui pas pris en charge par la législation. Un projet de loi relatif à la protection, la préservation et la valorisation du patrimoine culturel matériel et immatériel, a été élaboré par le Ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports et il est actuellement engagé dans le processus d’adoption. D’ailleurs, il y’a exactement un mois (le 15 décembre 2020), le ministre avait présenté différentes dispositions du projet de loi n°55.20 modifiant et complétant la loi n°01.09 portant institution de la Fondation nationale des musées à la Commission parlementaire de l’enseignement, de la culture et de la communication.

Lire aussi |Votre e-magazine Challenge du vendredi 15 janvier 2021

Ces différentes propositions avaient pour buts de conserver le patrimoine culturel menacé d’extinction, matériel ou immatériel. Il est donc, aujourd’hui, indispensable d’être muni d’un instrument institutionnel qui pourra accompagner, superviser et veiller à l’héritage pluriculturel marocain.

Lire aussi | Khalid Ait Taleb : « L’immunité collective pourrait être atteinte début mai »  

Le ministre a également annoncé qu’une table ronde sur la protection juridique du patrimoine culturel matériel et immatériel sera organisée ce 28 janvier à Rabat, associant universitaires et professionnels des métiers du patrimoine, dans l’optique d’accélérer l’actualisation de la loi 22-80 après 40 années de sa mise en application, dans la continuité d’une réflexion collective menée par le Ministère avec la Fondation pour la Sauvegarde du Patrimoine Culturel de Rabat.


 
Article précédent

Marché de l’emploi : les secteurs qui recrutent en 2021

Article suivant

Un webinaire pour débattre sur l’Afrique post-Covid