Automobile

Marques automobiles de luxe : un marché qui cartonne

Dans leur globalité, les marques automobiles de luxe se sont remises rapidement d’aplomb au sortir de la crise liée à la pandémie de la covid-19. Comparativement à leurs homologues généralistes, elles ont mieux encaissé les chocs de l’année 2020. Si elles n’ont pas échappé à une forte baisse de leurs ventes durant le confinement 2020, la situation s’est nettement améliorée depuis le deuxième semestre dernier jusqu’à nos jours, selon les spécialistes du secteur.  


Et à en croire ces derniers, la baisse des ventes courant 2020 n’était pas due au fait que les acheteurs étaient bloqués chez eux. Plus simplement, ils ont tout simplement reporté leurs achats. «Le luxe continue à vivre avec des codes et une clientèle très spécifiques. Nous sommes sur des comportements bien plus liés à des situations personnelles et à l’évolution des patrimoines, qu’à des tendances de marché», explique pour sa part Guillaume Crunelle du cabinet Deloitte.

Lire aussi |Entomonutris veut révolutionner la biotechnologie au Maroc

Et pour cause : depuis quelques années, les marques de luxe sont devenues sensibles aux grandes tendances de l’automobile avec un segment, celui des SUV premium, qui a le vent en poupe, et une incursion plus poussée en matière de véhicules électrifiés, la grande tendance des années à venir. En revanche, le segment des véhicules de sport n’a représenté  que 5 % du marché du luxe. Par ailleurs, la catégorie des SUV a dépassé celle des berlines en parts de marché selon les derniers chiffres mondiaux.

Lire aussi | Vers une alliance stratégique entre la Chine et l’Afrique

Faut-il souligner que les marques de luxe profitent également du dynamisme de la demande en Chine. «C’est la première zone d’accumulation de richesse dans le monde, et la voiture continue d’y être un discriminant social extrêmement fort», précise ce spécialiste du cabinet Jato Dynamics, un opérateur fournisseur mondial de business intelligence en matière d’automobile. Et de conclure : «en Chine, l’économie n’a pas été paralysée pendant des mois comme dans le reste du monde. Avec de plus en plus de millionnaires et de milliardaires chaque année, cette tendance devrait se maintenir».

A noter que le segment des véhicules de luxe neufs dans le Royaume surfe sur un trend haussier depuis le début de l’année jusqu’à fin avril, comparé à la même période en 2019.  À quelques rares exceptions près, la quasi-totalité des importateurs de voitures de luxe a favorablement tiré leur épingle du jeu.

 
Article précédent

Évolution du coronavirus au Maroc : 108 nouveaux cas, 519.216 au total, lundi 31 mai 2021 à 16 heures

Article suivant

Vers une alliance stratégique entre la Chine et l’Afrique