Auto

Marrakech GP: les paris sont ouverts !

Mécaniques à la sonorité envoûtante, pilotes surmotivés à l’idée d’engranger de bons résultats, spectateurs attentifs à ce déferlement de puissance et à l’évolution du pilote local Mehdi Bennani et animations en tout genre jouxtant la piste, tous les ingrédients semblent réunis pour que la 4ème édition du Grand Prix de Marrakech soit un franc succès. 


C’est acté : la saison 2013 du championnat du Monde des voitures de tourisme (WTCC) semble bien amorcée. Les 25 pilotes engagés pour ce nouvel exercice s’étaient donné rendez-vous du 22 au 24 mars dernier sur le circuit de Monza en Italie, manche d’ouverture du championnat. Un circuit réputé rapide, au même titre que celui de Marrakech où il est impératif de disposer d’une bonne vitesse de pointe. Du côté des forces en présence, la discipline a enregistré le départ de Chevrolet (triple championne du Monde Pilotes et Constructeurs de 2010 à 2012) et l’arrivée de Honda. Il en est de même pour le constructeur automobile russe Lada qui aborde cette saison 2013 avec de plus grandes ambitions. Restent une pléthore d’équipes indépendantes engagées dans ce championnat dont RML (Ray Mallock Limited) qui accueille dans ses rangs le triple champion du Monde de la discipline Yvan Muller, celle-là même (l’équipe) qui avait en charge l’exploitation des Chevrolet Lacetti et Cruze de 2005 à 2012. Faut-il s’étonner dès lors qu’à l’occasion de cette première manche du WTCC à Monza, Yvan Muller ait pu tirer son épingle du jeu remportant les deux courses du week end et s’installant confortablement en tête du championnat ? Pas vraiment dans la mesure où la Cruze s’est montrée intraitable durant la saison 2012 et qu’elle devrait l’être tout autant en 2013.

Quid de Honda ?
Nouvelle équipe et nouvelle voiture que cette Honda Civic confiée aux mains expertes de Gabriele Tarquini et de Tiago Monteiro, son développement devant être affiné au fil des courses pour y révéler son réel potentiel. Toujours est-il que Tarquini a placé sa Civic au 4ème rang lors de la première course et est parvenu lors de la 2ème course à la hisser sur la 3ème marche du podium. Un état des lieux des forces en présence qui laisse à penser que d’autres pilotes pourront également se mettre en valeur tout au long de la saison. Ce pourrait être le cas du pilote national Mehdi Bennani dont il faut mettre à son crédit sa bonne connaissance de sa BMW 320 TC et du staff de son équipe Proteam qu’il fréquente depuis la saison 2011. D’autres pilotes pourront aussi tirer leur épingle du jeu comme le jeune et véloce Pepe Oriola sur sa Seat Leon ou encore Marc Basseng au volant de sa Seat Leon, nouveau venu dans la discipline et qui, lors de sa première course à Monza, a marqué les esprits.

Marrakech en fête
Comme tous circuits du championnat, Marrakech Grand Prix dispose de ses spécificités propres : des courbes très courtes qui nécessitent peu d’angle de volant, des chicanes et surtout de la ligne droite. Dans ces conditions, la difficulté c’est de pouvoir gérer ses freins fortement sollicités, d’affiner ses réglages de suspensions, ces derniers devant encaisser à de multiples reprises les vibreurs du circuit qu’il faut escalader et surtout disposer d’une bonne vitesse de pointe. A ce petit jeu, les Cruze, une fois de plus, seront à leur aise sur ce tracé qui s’appare un peu à celui de Monza. Autant dire que le spectacle sportif sera au rendez-vous. Toujours sur le plan sportif, il faudra lui associer la spectaculaire série Auto GP (Formule 3000), ponctuée notamment par les courses locales des pilotes du championnat du Maroc des circuits mais aussi ceux affiliés à la Renault Clio Cup. A noter que plusieurs animations sportives aux alentours du paddock ne manqueront pas d’attirer l’attention du public présent, notamment la dextérité des «stunters» marocains et étrangers à même de faire virevolter leurs deux-roues en défiant les lois de la gravité. Ajoutez-y des baptêmes de piste en F1 biplace, les concerts et autres soirées officielles. Une manifestation automobile de grande ampleur qui devrait satisfaire au plus au point les aficionados de sports mécaniques. ■

 
Article précédent

«La crise peut pousser les entreprises à sortir de l’Hexagone»

Article suivant

Les soirées jeux se développent