Business

Matériels agricoles : Le secteur toujours en panne

Le secteur de la distribution de matériels agricoles est toujours en panne, avec une baisse de 13% des ventes. Après avoir évoqué les difficultés rencontrées dans la mise en œuvre de la subvention, désormais la mauvaise campagne agricole devient le bouc émissaire.


Le marché de la distribution de matériels agricoles se porte mal. Avec une baisse de -13% pour 2111 tracteurs écoulés, les ventes peinent à se redresser. Stokvis et Auto Hall, les deux représentants cotés à la bourse de Casablanca viennent de publier des réalisations largement en recul. Néanmoins, Auto Hall résiste mieux que la concurrence.
Stokvis a communiqué un chiffre d’affaires de 169 millions de dirhams pour le premier semestre 2012, en contraction de 34% par rapport à 2011, soit à peine 28% de ses prévisions annuelles pour l’exercice en cours. En effet, Stokvis est très loin du chiffre d’affaires annuel de 610 millions de dirhams et on doute que les six derniers mois de l’année ne permettent de combler le gap.
Evidemment, ces revenus globaux comprennent aussi bien les matériels agricoles que les  engins de chantiers.
Néanmoins, en termes de perspectives et compte tenu du portefeuille de commandes sécurisées, les dirigeants de Stokvis ont revu à la baisse leurs prévisions et tablent sur des revenus en hausse d’au moins 10% soit  512,1 millions de dirhams à fin 2012 contre des prévisions de 610,7 annoncées précédemment.
Concernant Auto Hall, les détails sont plus précis. Les écoulements des tracteurs agricoles ont subi un repli de 7%  avec 726 unités vendues durant les six premiers mois. C’est dire que la société a réussi à améliorer ses parts de marché qui s’établissent à quelque 34%.
Il faut dire que le secteur est dans une baisse continue. De 6791 en 2009, les ventes sont passées à quelque 3832 unités en 2010 avant de remonter en 2011. Mais, il sera de nouveau difficile de maintenir le cap en 2012.

 

2111 unités
C’est le nombre de tracteurs vendus durant le premier semestre 2012.

 
Article précédent

NTI : Les smartphones, outils de gestion clientèle

Article suivant

Contrats spéciaux de formation (CSF) : Le patronat refait