Magazine

Math&Maroc, une association pour redorer le blason des mathématiques

Ils sont jeunes, intelligents et très ambitieux. Ils, ce sont, les Marocains qui représentent chaque année une proportion importante des admis en écoles d’ingénieurs. Pourtant, contrairement à ce que l’on pourrait croire, le Maroc accuse un grand retard dans l’enseignement des mathématiques et des sciences. L’association Math&Maroc, fondée par trois jeunes polytechniciens marocains, veut rectifier le tir.


L’Association internationale pour l’évaluation du rendement scolaire qui a dévoilé le 29 novembre dernier les résultats de l’étude internationale sur les tendances de l’enseignement des mathématiques et des sciences, « TIMSS 2015 », est catégorique : si entre 2011, date de la dernière enquête, et 2015, le Maroc a enregistré une nette évolution de la performance globale de ses élèves, il n’en demeure pas moins que le Royaume reste tout en bas du tableau mondial, largement dominé par les pays asiatiques comme Singapour, la Corée, le Japon, Hong Kong et Taïpei.
Pourtant, quatre mois avant la publication de ce rapport qui étudie tous les quatre ans une quarantaine de pays et pour lequel le Maroc participe depuis 18 ans, dans les couloirs de l’Ecole Centrale Paris, trois jeunes élèves marocains, Mohammed Amine Bennouna, Omar Mouchtaki et El Ghali Zerhouni, qui intégreront l’Ecole Polytechnique deux mois plus tard, décidèrent de redorer le blason des mathématiques au Maroc. Leur approche semble toute simple : créer au Maroc une structure permettant de promouvoir les mathématiques, d’encadrer des élèves motivés et d’organiser des événements en rapport avec cette science. Ainsi, est née en novembre dernier l’association Math&Maroc. « L’association Math&Maroc vient combler le désert mathématique au niveau extra-scolaire. En effet, le Maroc ne propose pas encore suffisamment d’activités pour les jeunes motivés par les mathématiques. Une telle association permettra de créer des vocations pour la recherche ou les études d’ingénieurs », justifie Omar Mouchtaki, vice-président de Math&Maroc.

Aujourd’hui, l’association est essentiellement constituée de jeunes marocains dynamiques et volontaires qui cherchent à partager leur amour pour cette science. Ils ont entre 20 et 25 ans, faisant des études dans les grandes écoles françaises ou ayant participé aux olympiades internationales de mathématiques. Quelques uns de ses membres sont également en faculté de mathématiques au Maroc ou au Canada. Il faut dire que Math&Maroc s’est très vite ancrée dans le paysage mathématique marocain, notamment grâce au travail qu’elle mène en collaboration avec le ministère de l’Education Nationale. En effet, les jeunes marocains ont apporté un dynamisme et un nouveau souffle à la préparation olympique déjà organisée par le ministère afin de mettre les jeunes candidats dans les meilleures conditions.

Pour l’association qui a un objectif exclusivement lié à l’éducation, le ministère s’avère être un partenaire important. Selon Math&Maroc, ce partenariat lui permettra de tisser des liens forts avec les lycées et les universités. Toujours est-il qu’il restera un passage obligatoire pour la légitimité des équipes olympiques que l’association prépare puisque ces dernières représentent le Maroc au niveau international.

Quoi qu’il en soit, pour le moment, l’association essaye de solidifier le dispositif du ministère en permettant un suivi à long terme et des stages avec plus d’encadrants. En effet, en mathématiques olympiques, il est difficile de trouver des personnes suffisamment formées pour enseigner. Car, cette branche particulière est très différente des mathématiques universitaires et son apprentissage est plutôt chronophage. C’est pour cela que l’association Math&Maroc rassemble les personnes ayant déjà travaillé dans ce domaine et les envoie participer aux stages organisés par le ministère. Elle apporte un important vivier de Marocains formés pour préparer les générations montantes. Par ailleurs, l’association propose aux élèves du Maroc de suivre une formation sur internet essentiellement centrée sur la publication d’un mensuel électronique dans lequel les élèves pourront trouver des cours de mathématiques d’approfondissement et des problèmes à résoudre. Ils pourront également s’entraîner sur un forum dont la communauté mathématique s’agrandit sous le regard bienveillant d’étudiants des grandes écoles d’ingénieurs ou d’étudiants ayant participé aux olympiades internationales de mathématiques.

A terme, le but de Math&Maroc est de créer différents clubs de mathématiques à travers le Royaume mais aussi d’organiser des compétitions nationales et des événements en rapport avec les mathématiques.

Omar Mouchtaki, Vice-Président de Math&Maroc

«Les élèves marocains passionnés par les mathématiques ne sont pas assez vite détectés»

Challenge : Pensez-vous que les mathématiques se portent bien au Maroc ?
Une légende que nous répétons souvent au Maroc ou même en France est que « les marocains sont bons en maths ». La véracité de cette assertion est difficilement démontrable ou réfutable, mais certaines données objectives donnent divers éléments de réponses. D’une part, les Marocains représentent une proportion importante des admis en école d’ingénieurs chaque année. D’autre part, le TIMMS (étude internationale au sujet du niveau des élèves) montre que le Maroc a encore du retard sur la moyenne internationale. La situation est donc nettement améliorable compte-tenu des indicateurs actuels.

L’Olympiade Internationale de Mathématiques est une compétition qui rassemble chaque année une centaine de pays. Le Maroc arrive à tirer son épingle du concours ?
Le Maroc a de mauvais résultats aux Olympiades de mathématiques puisqu’il ne dépasse que très rarement le dernier tiers au classement général des pays. Ceci s’explique en partie par l’absence de culture olympique au Maroc et l’absence de culture mathématique. Les élèves passionnés par les mathématiques ne sont pas assez vite détectés et ne peuvent pas dévoiler leur potentiel dans des clubs.

D’où Math&Maroc tire-t-elle ses ressources financières ?
L’association Math&Maroc bénéficie du soutien de l’association X-Maroc. Il s’agit de l’association regroupant les polytechniciens marocains dont le président est M. Khalid Safir. Ce dernier a d’ailleurs également accepté d’être président d’honneur de l’association Math&Maroc.

Vous avez noué un partenariat avec son pendant français, notamment Animath. Quel est l’intérêt d’un tel partenariat ?
La proximité géographique entre la France et le Maroc ainsi que l’enseignement en français des mathématiques dans certaines classes au secondaire, font que les échanges d’élèves entre Animath et Math&Maroc, mais également les échanges d’encadrants sont très aisés. Ces échanges permettent de voir des modes d’enseignements variés et des méthodes différentes de résolution pour certains problèmes, ce qui donne plus de richesse à l’enseignement que reçoivent nos candidats. Ceci permet également une émulation pour les élèves et leur permet de découvrir un peu plus la convivialité de la sphère mathématique internationale.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Afriquia lance son enseigne AutoGo

Article suivant

Le secteur public n’attire plus les jeunes