Consulting

Mazars lance l’indice des paiements mobiles

Le cabinet Mazars vient de lancer l’indice des paiements mobiles. Il permettra de mieux analyser l’impact et les opportunités du boom des services financiers mobiles dans le monde.


Les paiements mobiles ont pris une très importante ampleur ces dernières années. Dans les marchés émergents surtout, ce mode de paiement s’est très vite répandu. Afin de mieux analyser l’impact et les opportunités du boom des services financiers mobiles, le cabinet Mazars vient de lancer l’indice des paiements mobiles.

« Sur une sélection de 17 marchés mondiaux, dont l’Afrique, le cabinet évalue les opportunités de croissance des services financiers mobiles. Les pays analysés sont classés en prenant en compte 10 variables liées au comportement des consommateurs, au taux de pénétration des paiements mobiles, à la réglementation et aux infrastructures. La Chine, les Etats-Unis et le Royaume-Uni se positionnent comme les marchés les plus prometteurs, l’Afrique du Sud, le Mexique et l’Inde ferment le classement », explique Mazars.

Lire : Mazars mise sur l’Afrique

Pour le cabinet, les services financiers mobiles ont déjà commencé à transformer l’expérience client. « Cependant, bien que prometteur, ce marché prend à l’échelle mondiale des orientations diverses et se fait à des rythmes différents. C’est ce que montre clairement l’indice des paiements mobiles établit par Mazars. Cet indice analyse et compare les opportunités relatives à la banque mobile dans 17 pays », poursuit le cabinet.

« Les opérateurs de téléphonie mobile avaient une opportunité incroyable de créer le marché du portemonnaie mobile, car ils disposaient déjà d’un vaste vivier de clients et d’un réseau de distribution dense. Ils ont opté pour une plateforme technologique simple mais robuste, très semblable à celle utilisée pour les SMS, dans la mesure où toute personne possédant un téléphone portable peut y accéder, ou presque. Après le succès de l’initiative pionnière de M-Pesa au Kenya, des initiatives fructueuses ont vu le jour un peu partout comme au Maroc avec le M-Wallet », renchérit Abdou Diop, Managing Partner de Mazars Maroc.

Le cabinet estime également qu’avec l’avènement de la 5G et le développement des objets connectés devraient davantage booster l’essor des services financiers mobiles et aussi rendre plus fluide l’expérience client. « Il ne faut pas considérer les services financiers mobiles comme une simple extension de l’offre de services des opérateurs télécom, mais bien comme un tournant stratégique qui influencera leur croissance au cours des prochaines années. Cependant, si les opérateurs bénéficient d’un positionnement unique, ils vont devoir faire face à une concurrence accrue et renouvelée avec de nombreux acteurs qui chercheront plus largement à transformer et façonner l’expérience client. La compétition sera rude et il y a fort à parier que les participants seront tour à tour amenés à s’affronter et à coopérer. » conclut Julien Huvé, Associé responsable du secteur télécom chez Mazars.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

L’ordre mondial de la désinformation : 70 pays épinglés

Article suivant

Une bonne moisson pour le Crédit Agricole du Maroc