Consulting

Mazars mise sur l’Afrique

Le cabinet d’audit et conseil poursuit son développement sur le continent africain. Dans le cadre du lancement de sa business unit « Afrique », Mazars a récemment réuni à Casablanca un parterre de personnalités africaines de haut niveau pour décrypter les enjeux et les perspectives du continent en 2019. L’occasion également pour la business unit de mettre en exergue ses offres à l’endroit des investisseurs.


Mazars vient de lancer sa business Unit «Afrique». Et en marge de la mise en orbite de ce pôle totalement au continent, le cabinet d’audit et conseil a également lancé un cycle de conférence-débat, qui a vocation à devenir un rendez-vous annuel, et dont la première édition s’est tenue à Casablanca le 26 février.

Cette rencontre a réuni un parterre d’intervenants de haut calibre, tels que Salaheddine Mezouar, président de la CGEM, Allioune Sall, directeur exécutif de l’Institut des futurs africains (IFA), Paulo Gomes, co-fondateur de New African Capital Partners, Moussa Mara, ancien Premier ministre du Mali, Abdelmalek Alaoui, président de la Tribune Afrique et le Huffpost ou encore Lilia Hachem Nass, directrice du bureau de la CEA en Afrique du Nord.

«Il est important que nous nous réunissons régulièrement pour tracer les perspectives du continent, comprendre ce qui se passe en Afrique. On ne peut pas être un acteur économique voulant investir sur le continent, sans avoir une idée de son environnement à la fois politique, social et économique, qui impacte directement sur le business. Et vu aussi que nous avons mis en place cette business Afrique pour  accompagner les investisseurs sur le continent, il était normal que cette unité puisse apporter ce regard d’expert sur les évolutions du continent. Et cela va devenir une rencontre annuelle qui vise à apporter à la communauté des affaires marocaines un ensemble d’experts de très haut niveau pour partager leur vision sur les perspectives de l’année », explique Abdou Diop, Managing partner de Mazars Audit et Conseil.

Une offre complète pour accompagner les opérateurs

Soulignons que pour le cabinet Mazars, qui opère déjà sur le continent depuis des années, l’objectif de la mise en place d’une business Unit Afrique est de peser davantage sur ce segment, avec une équipe dédiée, beaucoup plus de proximité et une offre spécifique à l’endroit des investisseurs désireux d’investir en Afrique.

« L’objectif est de s’occuper de ces types de clients de manière permanente et régulière. Il était devenu nécessaire pour nous de structurer une telle business unit parce que la demande de la part des investisseurs devenait de plus en plus importante », assure-t-il également. Pour sa part, Sanae Lahlou, Directrice de la Business unit « Afrique» de Mazars, renchérit en faisant remarquer que la rencontre visait à donner un panorama et faire un focus sur les enjeux et les perspectives du continent en 2019.

«Pour bien accompagner les entreprises, il faut leur expliquer ce qui se passe sur le continent, leur parler des différents enjeux structurel, organisationnel, financier, de société etc. Malheureusement aujourd’hui, l’entreprise reste toujours confinée à son secteur d’activité, et il faut qu’elle réussisse à sortir de cette zone de confort », soutient-elle.

Pour renforcer son action et aller plus vite, la business unit propose un accompagnement sur toute la chaîne de valeurs au profit des opérateurs privés ou publics, c’est-à-dire les appuyer sur le business development et le deal making.

« Cela se fera à travers la veille et étude des marchés, les stratégies d’internationalisation, le conseil à l’export, à l’investissement, à l’implantation et aussi à travers le montage financier, les différents supports aux transactions. L’idée est de tout mettre en place pour aider l’investisseur marocain à mieux appréhender tous les enjeux de son business en Afrique », conclut Sanae Lahlou.

Rappelons que Mazars opère sur le continent depuis plus de 40 ans, avec une présence dans 27 pays.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Le français Scopelec débarque au Maroc

Article suivant

Innov Invest : plus de 46 millions de DH déjà alloués