Culture

Medi 1 TV lance son nouveau talkshow Jari Ya Jari

Kaoutar Boudarraja autour de son équipe de chroniqueurs

Médi 1 TV vient de frapper un grand coup sur le marché télévisé maghrebin en inaugurant son émission Jari Ya Jari, un talkshow de divertissement à destination de la famille maghrébine. Cette émission se veut une fenêtre ouverte sur la culture et la vie en société de nos voisins Maghrébins. Son leitmotiv principal est apprendre sur ce qui nous rassemble et ce qui nous différencie  d’un pays à un autre, le tout dans une ambiance très conviviale. Pour les amateurs de la télévision française, sachez que « Jari Ya Jari » reprend le concept de l’émission culte Union Libre, animée par Christine Bravo sur France 2 de 1998 à 2002. Ainsi, des chroniqueurs de l’ensemble des pays du Grand Maghreb (Maroc, Algérie, Tunisie, Libye et Mauritanie) se retrouveront hebdomadairement chaque vendredi à 20H50 à compter du 1er Mars 2013 autour de Kaoutar Boudarraja pour débattre et partager les traditions et coutumes de leur pays respectif avec le public.


L’émission, d’une durée de 70 minutes, abordera des thématiques relevant de notre rapport vis-à-vis de l’autre, de notre perception des effets de la modernité et du changement que nous vivons dans nos sociétés. 
Nous avons assisté à l’avant-première de l’émission hier soir et pouvons vous assurer que le délire est garanti. Nous avons apprécié l’atmosphère conviviale et détendue, agrémentée par moments de musique d’orchestre et d’un stand up hilarant de Hamza Filali. L’émission, à vocation généraliste, plaira sans nul doute à l’ensemble des familles maghrébines et contribuera à resserrer les liens qui existent entre les différents peuples du Grand Maghreb. 

Abbas Azzouzi, PDG de la chaîne, ne s’en cache d’ailleurs pas : « L’un des objectifs de Jari Ya Jari est de donner un coup d’élan à la construction au Maghreb et ce, par le rapprochement culturel des peuples dans un contexte régional marqué par de profonds changements.’’

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Caisse de compensation : Impossible de réformer sans faire mal

Article suivant

La caisse de compensation et la flambée des prix