Financement

Microcrédit : un fonds de garantie sera bientôt lancé

Bonne nouvelle pour les opérateurs du secteur de la microfinance. Bank Al-Maghrib et le ministère de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’Administration sont en train de finaliser la mise en place d’un fonds de garantie au profit des associations de microcrédit (AMC). Les détails.


C’est le Wali de Bank Al-Maghrib, Abdellatif Jouahri, lui-même, qui a confirmé l’information devant les députés. En effet, lors de son passage le 24 novembre devant le Commission des finances et du développement économique à la Chambre des Représentants, le Gouverneur de la Banque Centrale a indiqué qu’un fonds de garantie au profit des AMC est en gestation et que son objectif sera de couvrir les crédits restructurés et additionnels accordés dans le cadre de la réponse à la crise de Covid-19. L’accord cadre créant ce fonds, a été signé le 12 novembre 2020 par le ministère et la Caisse centrale de garantie (CCG). Notons que pour les AMC qui ont été confrontées à un arrêt quasi total des activités d’octroi et de recouvrement, la Banque a mis en place une ligne de refinancement des crédits rééchelonnés, ainsi que de nouveaux crédits qui leur sont accordés par les banques au cours de la période allant du 2ème trimestre 2020 au dernier trimestre de 2021.

Lire aussi| Damane Oxygène : 13,7 milliards de DH décaissés au profit de 41.142 entreprises à fin octobre

Ce refinancement est trimestriel pour une durée d’un an. De même, la Banque centrale a accepté de reprendre comme garantie, en plus des actifs éligibles aux opérations de politique monétaire, les effets représentatifs de créances sur les AMC. Par ailleurs sur un autre plan, le Wali de Bank Al –Maghrib a précisé que pour répondre aux besoins des banques participatives, une ligne de refinancement des « Wakala Bil Istitmar » conclue avec les banques conventionnelles au cours de la période allant du 2ème trimestre de 2020 au dernier trimestre de 2021, a été mise en place.

Lire aussi| Polyester : les producteurs locaux s’insurgent contre l’abrogation de la hausse des droits de douane

« Le refinancement est trimestriel pour une durée d’un an en contrepartie de l’application par les banques bénéficiaires des Wakala bil Istitmar conclues avec des banques participatives et refinancées par Bank Al Maghrib, d’un taux de rendement ne dépassant pas le taux directeur, net des frais de gestion à la charge de la banque participative », a-t-il précisé, ajoutant que les banques peuvent mobiliser, en garantie du refinancement accordé par BAM, les effets représentatifs de « Wakala Bil Istitmar » conclues avec des banques participatives.


 
Article précédent

Damane Oxygène : 13,7 milliards de DH décaissés au profit de 41.142 entreprises à fin octobre

Article suivant

Croissance économique et rationalisation des choix budgétaires : cas du Maroc [Tribune]