Automobile

Mobilité électrique. Le Maroc paraphe un accord de transfert de technologie avec le Brésil

C’est acté. Le Green Energy Park (GEP), une plateforme de recherche et de formation en énergie solaire basée dans la ville verte de Benguerir a signé un accord de transfert de technologie avec un réseau de chercheurs brésiliens en matière de chargeurs de batteries de voitures, indique la Chambre de commerce arabo-brésilienne.

L’accord a été signé entre l’Inesc P&D Brasil, une institution scientifique et technologique non gouvernementale, et GEP, qui est le fruit d’un partenariat entre le Groupe OCP et l’Institut de Recherche en Énergie Solaire et Énergies Nouvelles (l’Iresen).


Lire aussi | Maroc. Un couvre-feu nocturne est décrété de 21h à 5h par le gouvernement [communiqué du 2 août]

«Le partenariat est maroco-brésilien et concerne le secteur de la mobilité électrique», a indiqué le président d’Inesc P&D Brésil, Vladimiro Miranda, ajoutant que «le défi maintenant est d’accompagner le Maroc dans la fabrication des chargeurs rapides pour les véhicules électriques à l’échelle industrielle».

Le Maroc est connu pour ses investissements dans les domaines des énergies renouvelables, en l’occurrence dans le domaine des véhicules propulsés à l’électricité, a-t-il souligné, notant que «le Maroc est un pays qui a une politique énergétique très avancée, notamment éolienne et solaire. Le Royaume dispose d’un plan de mobilité électrique et veut s’y conformer afin de contribuer à la décarbonation», a noté le président d’Inesc P&D Brésil.

Lire aussi | Ministère de l’Économie et des Finances. Un nouvel organigramme entre en vigueur

La coopération devrait durer neuf mois et l’objectif est de développer des chargeurs pouvant être utilisés pour différents véhicules.

 
Article précédent

JO 2020. Abdellatif Sadiqui qualifié pour les demi-finales du 1500 m

Article suivant

Élections professionnelles. Le rendez-vous du 6 août