Innovation

Mobilité électrique. L’IRESEN à la pointe de la technologie

L’Institut de Recherche en Énergie Solaire et Énergies Nouvelles (IRESEN) ne ménage aucun effort en matière de recherche et d’innovation. En partenariat avec l’Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P), et conjointement avec l’entreprise marocaine EDEEP, l’IRESEN, à travers sa plateforme Green Energy Park, vient de lancer un nouveau projet innovant dans la mobilité électrique. Les détails.


Bonne nouvelle pour les acteurs de la mobilité électrique au Maroc. En effet, plusieurs conventions de partenariat portant sur la mobilité électrique ont été signées entre le Green Energy Park (relevant de l’Institut de Recherche en Energie Solaire et Energies Nouvelles-IRESEN) et les différents opérateurs de la filière, le 13 juillet à Benguerir, en marge de la cérémonie d’inauguration officielle de la ligne de production de la borne de recharge pour véhicule électrique iSmart développées par des compétences marocaines.

Dans le détail, on note la signature de conventions avec « Valtronic » ( spécialisée dans la sous-traitance d’assemblage de cartes électroniques et microtechniques, assemblage électronique, microtechnique, électromécanique et médical), « Halmes» (spécialisée dans l’usinage en commande numérique, la mécanique de précision, le fraisage, le décolletage, la tôlerie industrielle, la mécanique industrielle, l’assemblage, la rénovation), « Adelma » ( spécialisée dans la réalisation de produits en métal, tôlerie fine pour le secteur ferroviaire, électrique, électronique, naval, médical), et « Befa Plast » pour la création de l’écosystème industriel pour la production de la borne iSmart.

Lire aussi | Khalid Qalam : «le Maroc doit accueillir une «Gigafactory» de batteries pour véhicules électriques»

Une autre a été signée avec « AfriMobility » (une startup spécialisée dans l’exploitation de plateformes de mobilité de personnes et d’objets dans un cadre urbain – interurbain et extra-urbain accessibles notamment par site) pour le développement d’une borne de recharge rapide et ultra-rapide pour les véhicules électriques, une autre avec « Yoom » pour le déploiement des bornes iSmart City au niveau des stations-services.

Une autre convention a été paraphée par  EMVC pour le développement de solutions de mobilité légère et de leurs solutions de recharge, une autre avec « Centrelec ( société opérant dans la fabrication de tableaux électriques, la vente de solutions dans les métiers de l’électrotechnique, l’électronique de puissance et de l’automatisme industriel) pour le développement de solutions de solutions de conversion de puissance. Une autre convention a aussi été signée avec la « Société d’aménagement Zenata » pour l’intégration de solutions de mobilité durable, des énergies renouvelables et des réseaux intelligents au niveau de l’Eco-cité de Zenata.

Plusieurs conventions de partenariat ont été signées lors de la cérémonie d’inauguration le 13 juillet à Benguerir

Lire aussi | Un troisième tour de financement pour la start-up WAYSTOCAP

L’Agence Marocaine de l’Efficacité Énergétique (AMEE) a également paraphé une convention pour le déploiement d’un réseau de plus de 100 bornes iSmart au niveau des villes du Maroc (GreenMiles Cities). Il faut dire que l’IRESEN a mis les bouchées doubles ces dernières années. « L’effort de recherche au Maroc au niveau des universités n’est pas valorisé, c’est-à-dire qu’il y a de nombreuses recherches théoriques qui ne sont pas valorisées industriellement de telle sorte à ce que cela puisse profiter à tout le monde.

L’université a toujours travaillé en déphasage avec les réalités de l’entreprise, de l’industrie. L’IRESEN, pour sa part, a su mettre en musique toutes les parties prenantes, c’est-à-dire le monde universitaire, ses propres équipes, et le monde industriel », explique Dr Said Guemra, Expert Conseil en Management de l’Energie 4.0, qui estime que cette approche de l’IRESEN est à saluer.

Lire aussi | Lamia Housni : «Nous avons mobilisé la plateforme d’Innovation et de l’Entrepreneuriat, afin de créer un véritable parcours d’expérimentation»

Il va plus loin en faisant remarquer que cette démarche a permis aujourd’hui d’avoir des résultats concrets tels que la fabrication d’un chargeur à puissance variable, un chauffe-eau solaire de 200 litres, un robot de nettoyage des plaques PV ou encore le système de stockage d’énergie résidentiel, doté d’un système de management de l’énergie des plus avancés. « Grâce à ces différentes recherches, le Maroc est en train de travailler et de progresser sur sa politique de mobilité électrique. Après plusieurs mois de recherche, on assiste aujourd’hui à la création d’une ligne de production iSmart qui fait travailler des sous-traitants marocains. Et, plus important encore que ces réalisations, ce sont nos jeunes qui ont conçu et réalisé ces systèmes », se réjouit aussi l’expert.

 
Article précédent

Stratégie d’électrification. Stellantis passe à la vitesse supérieure

Article suivant

Innovation. École Centrale Casablanca récompense ses étudiants