Développement

Modèle de développement : la Commission Spéciale va rendre son rapport final à S.M. le Roi début janvier 2021

C’est un pas de plus vers le Nouveau modèle de développement. La Commission Spéciale pour le Modèle de développement, présidée par Chakib Benmoussa, vient d’achever le processus de consultations élargies mené depuis décembre 2019.


« Le Président et les membres entament une phase d’articulation du rapport et de finalisation de sa rédaction pour une remise à SM Le Roi Mohammed VI, au plus tard début janvier 2021, conformément à ses Hautes Orientations », apprend-on. Force est de préciser que pendant 10 mois, la CSMD a mis en place un dispositif ambitieux pour récolter les attentes des citoyens et leurs principales préoccupations en matière de développement, ainsi que leurs propositions pour le Maroc qu’ils souhaitent.  « Des séances d’écoute ont été organisées pour consulter les partis politiques, les opérateurs économiques, les syndicats, les différentes composantes de la société civile, l’administration publique, les universités, les organismes internationaux spécialisés et recueillir leurs contributions. Une plateforme digitale (CSMD.ma) a été lancée en avril 2020 pour permettre aux Marocains d’ici et d’ailleurs, de soumettre leurs propositions à la Commission », explique l’institution.

Lire aussi| Sahara Marocain : tout concourt à la fin du Polisario

Notons que les membres de la Commission Spéciale se sont déplacés dans plusieurs régions du Royaume pour mener des rencontres citoyennes et des visites sur le terrain, durant lesquelles l’échange avec les populations a permis d’appréhender les attentes des acteurs et des citoyens sur les territoires. « Un intérêt particulier a été ainsi accordé aux régions, la création de valeur sur les territoires étant un axe majeur de la réflexion engagée par la CSMD. Dans cette logique, un cycle de rencontres régionales a été mené avec des représentants des 12 régions du Royaume, afin d’identifier les leviers pour créer des pôles de croissance régionaux et les dispositifs – institutionnels, économiques et financiers- pour les animer », apprend-on également.  La Commission Spéciale précise aussi que la pandémie du Covid-19, et les restrictions qui lui sont liées, n’a pas interrompu ce processus d’écoute et de consultations, mais l’a rendu davantage nécessaire pour saisir l’impact de l’épidémie.

Lire aussi| Indice de prospérité : le Maroc améliore sa note relative à l’environnement d’investissement

« Il s’est poursuivi en ligne et par vidéo conférence. Ainsi, lors de ce processus, la Commission a effectué 70 auditions et séances d’écoute, 113 ateliers de travail, 35 séances d’écoute citoyenne organisées dans différentes villes du Royaume et s’est déplacée sur 30 sites au Maroc. Ces séances d’écoute et ateliers de travail ont permis de rencontrer et d’écouter directement près de 10 000 personnes », indique la commission. La CSMD annonce de même qu’à partir du 30 novembre, les contributions reçues sur la plateforme et par courrier ne pourront plus être directement exploitées dans son  rapport final. Toutefois, les citoyens peuvent continuer à contribuer au débat autour de la question du développement à travers des tribunes libres et à travers des réactions aux propositions et recommandations; des sections y seront dédiées sur le site csmd.ma.

 
Article précédent

Évolution du coronavirus au Maroc : 2587 nouveaux cas, 327.528 au total, lundi 23 novembre à 18 heures

Article suivant

Coronavirus : près de 3000 centres de vaccination en cours d’aménagement