Interview

Mohammed Réda Lahmini : «La reprise de l’activité est liée au respect strict des mesures sanitaires»

La Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM) a mis en place trois guides pratiques et un kit de formation au profit des entreprises habilitées à reprendre leurs activités. Mohammed Réda Lahmini, membre de la Commission Innovation et Développement industriel de la CGEM, décrypte ces outils.


Challenge : La commission innovation et Développement industriel de la CGEM vient d’élaborer des guides de mesures sanitaires pour la reprise d’activité des entreprises. Quel est l’objectif visé par ces guides ?

Mohammed Réda Lahmini: Depuis l’avènement de cette crise sanitaire et suite aux Hautes Orientations de Sa Majesté le Roi, que Dieu l’assiste, le Maroc a agi rapidement et a mis en place tout un dispositif sanitaire, social et économique pour mieux gérer cette période de crise COVID-19. C’est dans ce contexte que la CGEM s’est mobilisée pour servir et accompagner le tissu économique marocain. La reprise graduelle de l’activité économique au sein des entreprises constitue une action prioritaire et est intimement liée à la capacité de celles-ci à mettre en place et à appliquer des mesures sanitaires adéquates.

C’est dans cette démarche anticipative que la CGEM, à travers sa commission Innovation et Développement industriel, a élaboré trois guides pratiques et un kit de formation au profit des entreprises habilitées à reprendre leurs activités. L’objectif est d’accompagner les entreprises notamment les PME dans cette phase transitoire via la mise en place des mesures préventives et sanitaires pour les aider à préparer la reprise progressive de leurs activités tout en assurant une sécurité maximale à leurs collaborateurs et à leurs clients.

Ces outils constituent des solutions concrètes, prêtes à être déployées par toutes les catégories d’entreprises. L’objectif escompté est d’assurer une conformité exemplaire au sein de nos entreprises et limiter au maximum les risques de propagation de cette pandémie.

Quelles sont les principales mesures et bonnes pratiques à promouvoir auprès des entreprises ?

Il s’agit d’un package de reprise complet et intégré comprenant un guide pratique des mesures préventives et sanitaires destiné aux TPME, un autre guide pour les grandes entreprises, un guide pratique d’audit interne sanitaire COVID-19 et un kit de formation sur les mesures sanitaires au profit de l’ensemble du personnel.

Ces guides prévoient un programme de redémarrage prédéfini et rappellent les consignes prioritaires à suivre ainsi que des mesures spécifiques en lien avec les mesures barrières en entreprise, le transport du personnel, l’usage des vestiaires ou encore la restauration collective.

Ils constituent une synthèse des meilleures pratiques mises en place aussi bien au niveau national qu’international et font référence aux mesures déployées par les autorités sanitaires marocaines.

Pour limiter et freiner la propagation de cette pandémie, ces outils listent les principales mesures que chaque employeur doit mettre en place pour assurer les conditions sanitaires nécessaires à la protection de son personnel et du public. Par ailleurs, le kit de formation sur les mesures sanitaires a été élaboré pour sensibiliser les collaborateurs et faciliter le déploiement de ces guides au sein de l’entreprise.

Lire aussi | Rapatriement des Marocains venus d’Algérie : voici leurs témoignages !

Y a-t-il un lien entre l’élaboration de ces guides et la prolifération de foyers de contamination dans les lieux de travail, notamment les usines ?

L’élaboration de ces guides a été faite dans le but d’accompagner les entreprises habilitées à reprendre leurs activités dans cette phase préparatoire et transitoire. Il s’agit d’une action plutôt anticipative que préventive, visant à aider les entreprises dans la préparation des pré-requis nécessaires au redémarrage afin d’assurer les meilleures conditions sanitaires et préserver la santé de l’ensemble des salariés.

Ces outils retracent des dispositions opérationnelles précises, préconisées pour les entreprises habilitées à redémarrer et destinées à protéger la santé et la sécurité de tous les intervenants, sans exception, adaptées progressivement en fonction des mesures sanitaires édictées par les autorités marocaines. Ces guides requièrent un engagement mutuel de l’entreprise et de ses salariés.

Quels sont les avantages escomptés de la mise en place de ces guides ?

La reprise de l’activité est intimement liée au respect strict des mesures sanitaires et préventives sur les lieux de travail et pendant le trajet, ce qui constitue des pré-requis indispensables. Les avantages escomptés à travers la mise en place de ces guides sont :

  • Assurer une conformité sanitaire de toutes les entreprises et de leurs collaborateurs.
  • Outiller et soutenir toutes les entreprises notamment les TPE et PME dans divers secteurs d’activité en termes d’expertise, d’encadrement, de coaching, de capacity building, etc.
  • Accompagner les entreprises dans la conduite du changement post Covid-19.
  • Assurer la continuité et la reprise graduelle de l’activité économique des entreprises.
  • Entériner un plan d’action sanitaire Covid-19 avec les organes de gouvernance et les représentants du personnel.
  • Renforcer la sensibilisation du personnel sur l’application des bonnes mesures sanitaires à l’extérieur des entreprises.
  • Responsabiliser les managers dans l’accompagnement et l’encadrement de leurs équipes.

Tribune et Débats

La tribune qui vous parle d’une actu, d’un sujet qui fait débat, les traitent et les analysent. Économistes et autres experts, patrons d’entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s’y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.

Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.

 
Article précédent

Le vrai du faux sur le coronavirus au Maroc, ce mardi 5 mai

Article suivant

Live. Coronavirus : la situation au Maroc, mardi 5 mai à 16h