Livre

«Mon histoire avec les médicaments», une autobiographie de feu Omar Tazi [Chapitre 18]

Son enfance, sa bataille contre le trust des multinationales qui dominaient le marché des médicaments à l’époque, son militantisme pour l’industrie pharmaceutique marocaine, plus épanouie, innovante et compétitive, son engagement pour un entrepreneuriat citoyen et responsable…« Mon histoire avec les médicaments », l’autobiographie de feu Omar Tazi publiée à titre posthume, véhicule des leçons aussi bien dans le champ managérial que sur le registre des valeurs morales et citoyennes ou encore pour les perles sur l’histoire économique et sociale du Royaume, que vous propose CHALLENGE à travers 19 chapitres. Capitaine d’industrie, feu Omar Tazi qui nous a quittés le 20 mars 2020, faisait partie de cette génération de grands industriels qui ont contribué à façonner l’industrie marocaine.


Hommage aux confrères
Je ne veux pas manquer l’occasion de parler de l’AMIP sans rendre hommage à tous mes confrères, en particulier à certains qui ne sont plus de ce monde, à savoir Abderrahim Chawki, Abdelilah Lahlou et Ali Ghandi. Ces trois étaient appréciés de toute la profession.

Premier président de l’AMIP, feu Chawki était également à la tête du Conseil de l’Ordre des pharmaciens. Au sein de Polymédic, filiale d’Hoechst, Chawki occupa tour à tour les postes de directeur de production, de directeur technique puis de PDG. En 1996, il fut nommé ambassadeur du Maroc en Allemagne. Affable et bonhomme, Chawki me témoignait toujours sa solidarité face à ma maladie. A chaque réunion du bureau de l’AMIP, il se précipitait pour me tirer la chaise et m’aider à m’asseoir. Ses gestes pleins d’affection me touchaient beaucoup. L’annonce de son décès à l’âge de 53 ans attrista la profession dans son ensemble. En hommage à sa mémoire, l’AMIP donna à sa salle de conférences son nom.

Lire aussi | Le Maroc change de fusil d’épaule [Analyse]

Pour sa part, feu Abdelilah Lahlou, fondateur d’Iberma, nous a quittés en 2019. Enthousiaste et persévérant, il s’était forgé une belle réputation notamment auprès des officinaux. Durant mon mandat à la tête de l’AMIP, il se proposa de présider la commission de l’environnement. Il croyait comme moi aux projets consensuels comme la transition énergétique et le développement durable. Je lui rends hommage pour le travail remarquable qu’il accomplit au sein de l’AMIP ainsi que pour son affection à mon égard qu’il me témoignât chaque fois que nous nous rencontrions.  

Quant à feu Ghandi, c’était le confrère qui me donna le plus précieux coup de main durant ma présidence de l’AMIP. Chevronné et stratège, feu Ghandi défendait âprement les intérêts de notre profession. Dans sa riche carrière, on lui attribue notamment la fusion réussie entre Roussel Diamant et Hoechst qui donna naissance à un géant de l’industrie pharmaceutique, HMR, aujourd’hui Sanofi. Ses anciens collaborateurs le décrivent comme un leader d’une grande valeur. C’était également un homme qui donnait la priorité à sa famille.

Lire aussi | Mehdi Hijaouy : «Il serait fort opportun pour le Maroc d’élaborer et de mettre en œuvre une stratégie nationale d’E-Réputation»

Un jour, il me demanda d’intervenir auprès de mon gendre Kamal Lahlou pour publier un article rédigé par sa fille Leila sur la Gazette du Maroc. Il s’agissait d’un carnet de route décrivant ses voyages dans un style digne des grandes plumes. Je me souviens encore de son énorme fierté quand il vit l’article publié dans le journal. S’il était de ce monde, il aurait été encore plus fier de sa fille devenue une célébrité médiatique et un modèle de toute une génération [1]. Je prie le bon Dieu d’accueillir les âmes de ces trois grands hommes ainsi que tous mes défunts confrères en sa sainte miséricorde.


[1] En octobre 2019, Leila Ghandi a reçu le prestigieux trophée « Who is Who » ayant récompensé 14 femmes parmi les leaders du monde.

Tribune et Débats

La tribune qui vous parle d’une actu, d’un sujet qui fait débat, les traite et les analyse. Économistes et autres experts, patrons d’entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s’y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.

Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.

 
Article précédent

RAM. 11 nouvelles lignes reliant l'Europe

Article suivant

Évolution du coronavirus au Maroc. 789 nouveaux cas, 532.150 au total, jeudi 1 juillet 2021 à 16 heures