Rapport

Monde rural : le CESE donne les clés du développement

Le Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE) se penche sur le monde rural. Lors de la 70ème session ordinaire du Conseil tenue aujourd’hui 26 janvier 2017 à Rabat, il a recommandé dans un rapport l’élaboration de manière participative d’une nouvelle vision nationale, à l’horizon de 2030 puis 2050, pour le développement du monde rural et des zones de montagne, incorporant le plan humain, économique, social, environnemental et culturel.


Ce rapport intitulé « Le développement du monde rural : défis et perspectives »  propose la mise en place d’une entité dédiée au développement du monde rural et des zones de montagne, qui sera chargée notamment d’assurer la coordination et l’intégration des actions sectorielles tout en renforçant la gouvernance déconcentrée, de veiller à l’intégration des systèmes d’information et d’évaluation des actions et des dynamiques du développement du monde rural dans une entité régionale, ainsi que de définir en concertation avec chaque région ses vocations essentielles marquant son identité et son potentiel de production.

De plus, le CESE recommande également de reconsidérer profondément les modes d’affectation, de gestion et de motivation des ressources humaines des différentes administrations et du secteur privé, en explorant d’autres voies et approches plus novatrices et adaptées au milieu rural, susceptibles d’améliorer la qualité et les résultats des services offerts.

Par ailleurs, le Conseil a mis l’accent sur l’importance des technologies de l’information et de communication en tant que l’un des principaux moyens de développement du monde rural, proposant de renforcer et d’accélérer leur utilisation, en saisissant l’opportunité de la pénétration du téléphone mobile dans le milieu rural et du réseau d’Internet.

Sur le plan humain, le CESE a appelé à rendre effective l’approche intégrée de l’égalité Femme-Homme, dans la politique du développement rural et mettre en place des mesures positives pour l’autonomisation de la femme rurale, pour lever les obstacles structurelles, culturelles et éradiquer les pratiques discriminatoires (Inégalités, statut des femmes au sein de la famille et de la société, participation à la prise de décision, droit d’accès à la propriété et accès à la terre Soulaliyates, mariages précoce des jeunes filles rurales, travail domestique des enfants, exploitation des femmes ouvrières, conditions de transport).

Au niveau opérationnel, le rapport recommande de garantir un meilleur accès des populations rurales aux services sociaux et aux infrastructures, de conforter le dynamisme de l’économie rurale et de protéger et valoriser les ressources naturelles. Il propose aussi de promouvoir les activités culturelles et sportives en milieu rural, d’assurer un accompagnement de proximité des acteurs locaux et des populations rurales, ainsi que de renforcer le financement des actions du développement rural et l’orienter vers le bien être de la population du monde rural.

 
Article précédent

Le projet du parc éolien de Jbel Lahdid présenté à Essaouira

Article suivant

Cantor élit domicile à Tanger Med