Il fait l'actu

Mostafa Terrab, PDG du groupe OCP, homme de l’année 2019

L’hebdomadaire francophone « Maroc Hebdo » a choisi le président-directeur général du groupe OCP, Mostafa Terrab, homme de l’année 2019.


Le journal salue un dirigeant d’une des institutions publiques les plus florissantes du Royaume, mais qui reste un « homme de l’ombre, ne se livrant que très rarement dans les médias ». L’hebdomadaire souligne que si le groupe OCP peut aujourd’hui s’enorgueillir de compter non seulement au Maroc, mais sur le plan international et notamment en Afrique, « c’est à force d’un travail de longue haleine entamé dès février 2006, au moment où le Roi Mohammed VI décide de confier à Mostafa Terrab la direction du géant phosphatier ».

Terrab, fort d’une formation solide en France et aux États-Unis, et bénéficiant du soutien royal, revoit complètement l’organisation, qui avait auparavant frôlé la faillite, selon l’hebdomadaire, et pousse à adopter une culture de la performance et du résultat qui n’avait jamais vraiment eu cours au sein de l’ancien Office chérifien des phosphates (OCP). Le nouveau patron de l’OCP s’entoure donc de jeunes qu’il responsabilise, et élabore « la fameuse Stratégie de transformation industrielle globale, qui aujourd’hui permet au groupe OCP de produire 12 millions de tonnes de phosphates par an, contre seulement 1,7 million par an ».

Ainsi, d’ici 2028, et ce grâce à un programme de 100 milliards de dirhams investis sur dix ans, le groupe pourrait même, si tout se passe comme prévu, s’accaparer la moitié du marché mondial des phosphates.

A la faveur de la politique adoptée par Terrab, le poids de l’OCP dépasse aujourd’hui la seule dimension économique, pour devenir un des principaux instruments diplomatiques du Royaume, se réjouit Maroc Hebdo, qui rappelle de l’homme de l’année 2019 avait accompagné SM le Roi Mohammed VI lors de sa tournée africaine d’octobre et novembre 2016 pour notamment signer, en Ethiopie et au Nigeria, des accords pour la création d’unités de production d’engrais phosphatés dans les deux pays, pour un coût respectif de 3,7 et 2,3 milliards de dollars. L’hebdomadaire célèbre ainsi un bilan « positif » et « très satisfaisant », rendu possible grâce aux compétences de Terrab qui a, de surcroît, fait preuve d’un « patriotisme chevillé au corps ».

Tribune et Débats

La tribune qui vous parle d’une actu, d’un sujet qui fait débat, les traitent et les analysent. Économistes et autres experts, patrons d’entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s’y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.

Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.

 
Article précédent

Gestion déléguée : bientôt des sociétés régionales

Article suivant

Les recommandations du CESE pour faire émerger 30.000 PME en 5 ans