Economie

MRE : Des transporteurs aux petits soins

 Les compagnies aériennes ont fait l’effort de baisser les prix pour encourager l’arrivée des MRE.


C

onjoncture oblige! Les Marocains résidents à l’étranger (MRE) et plus particulièrement dans les trois pays européens les plus impactés par la crise économique, à savoir la France, l’Italie et l’Espagne n’ont plus les moyens financiers pour rentrer au pays. Un constat qu’a relevé le ministère de tutelle lors de l’opération Marhaba 2012, qui a été marquée par une baisse du nombre des MRE visitant le Maroc. Pour rectifier le tir, et surtout répondre aux nouvelles attentes et aspirations des MRE, et les soutenir en période de crise, le ministre délégué chargé de la Communauté marocaine résidant à l’étranger, Abdellatif Maâzouz, a lancé un appel aux compagnies de transport maritime, aérien et terrestre pour réajuster leurs offres. Résultat des courses: les compagnies aériennes low-cost telles que Ryanair et Air Arabia, ont déjà lancé leur offre promotionnelle. À ce niveau, le prix d’un billet aller-retour varie entre 1 200 DH et 1800 DH TTC, (y compris l’assurance). De son coté, la Royal Air Maroc a établi une révision à la baisse des prix de son offre commerciale. Ainsi, elle a signé une convention avec le ministère de Maâzouz qui vise à accorder des facilités de transports au profit de 40 000 MRE d’ici 2016. Ces facilités se sont traduites par des réductions tarifaires pour l’achat de billets effectués à l’avance, ainsi que des prix préférentiels pour l’achat de billets de groupes réalisé par des associations de MRE. A cela s’ajoute la mise en place d’une carte de fidélité famille accordant une réduction de prix et des facilités de traitement d’excédent de bagage.

Le maritime et le terrestre ne suivent pas!

En revanche, si la Royal Air Maroc a été au rendez-vous, cela n’est pas le cas pour les opérateurs maritimes et terrestres. Ces derniers à titre d’exemple, revendiquent la concurrence féroce des compagnies aériennes low-cost. C’est le cas de la CTM qui a annoncé lors de la publication de ses résultats annuelles, qu’elle ne peut pas baisser les prix des destinations internationales, car l’opérateur est déjà déficitaire sur ce créneau. Concernant les opérateurs maritimes, ces derniers voient en l’opération Transit une vraie aubaine. En effet, lors de cette période de haute saison, les offres promotionnelles sont réduites. C’est d’ailleurs le plein tarif qui est appliqué. Ce dernier représente pratiquement le double en comparaison aux périodes de basse trafic. À titre d’exemple, le package aller simple comprenant 4 passagers et un véhicule (produit phare de la traversée), est commercialisé cette année à 2.700 DH au lieu de 1.050 DH l’année dernière. Cette augmentation s’explique surtout par la capacité réduite des 16 bateaux (27 000 places quotidiennes au lieu des 37 000) qui vont traverser le Détroit, mais également parce que tous ces bateaux qui opèrent dans le Détroit sont espagnols. 

 
Article précédent

Ramadan : Les hôteliers s'adaptent

Article suivant

Les arabes et l’esclavage (Par Jamal Berraoui)