Enseignement

Mundiapolis s’ouvre de nouveaux horizons

La première université privée du Royaume, accueille le fonds britannique Actis dans son capital. Une opération qui va lui permettre de s’ouvrir sur de nouveaux horizons, notamment avec des implantations d’établissements en Afrique subsaharienne. par Roland Amoussou


100 millions de dollars, c’est ce que compte apporter le fonds d’investissement britannique Actis pour épauler l’université privée Mundiapolis dans la concrétisation de ses ambitions. Il s’agit d’une enveloppe colossale qui reflète bien l’importance qu’accorde cet investisseur à la première université privée du Royaume. Cet investissement sera déployé sur une période de 5 à 7 ans, et permettra de financer le plan de développement de Mundiapolis sur le continent. « L’université Mundiapolis a besoin d’aller plus loin. Et pour aller plus loin, il fallait trouver un partenaire pour aller ensemble sur la même vision », explique Amine Bensaid, Président de l’université Mundiapolis. Il faut dire que c’est une nouvelle ère que s’apprête à embrasser la première université privée du Maroc, après 20 ans d’existence. Deux décennies pendant lesquelles Mundiapolis s’est développée de manière remarquable, avec de bons résultats. Aujourd’hui, le taux d’employabilité de ses lauréats est de 93%. «Aujourd’hui, nous pouvons affirmer que nous avons construit un modèle académique solide qui fait ses preuves sur le marché de l’emploi », se félicite Amine Bensaid. Mais, que de chemin parcouru pour en arriver là. En effet, depuis la création en 1996 de la Business School, Polyfinance, l’université a réussi sa diversification en étoffant son offre académique, avec la mise en place de plusieurs filières. Mundiapolis dispose aujourd’hui de plus de 38 filières accréditées, dont 21 parcours en diplomation internationale.

L’Afrique dans le viseur

C’est d’ailleurs ce brillant parcours qui a séduit le fonds d’investissement Actis. « Mundiapolis est une université qui a un excellent modèle d’éducation. Nous voulons donc investir dans ce modèle de sorte à le répandre sur tout le continent africain. Cela va permettre aux étudiants d’expérimenter également ce brillant modèle », explique pour sa part, Rick Philips, Partner du fonds Actis. Il va plus loin en ajoutant que l’objectif d’Actis est de faire de Mundiapolis un hub régional en matière de formation et d’éducation pour les autres pays. «Nous avons choisi Mundiapolis pour trois principales raisons. D’abord, son excellent modèle d’éducation. La deuxième raison, c’est que nous pensons que nous pouvons travailler ensemble avec les dirigeants de cette université, et aller plus loin. Et enfin, nous pensons que Mundiapolis peut devenir le centre d’éducation et de formation pour tout le continent africain », détaille Rick Philips. L’ambition de l’université est de s’implanter dans plusieurs pays en Afrique subsaharienne. Soulignons que le fonds britannique dispose d’un portefeuille d’investissements croissants en Asie, Afrique, et en Amérique. Actis gère actuellement 6,6 milliards de dollars, dont 3 milliards investis dans 23 pays d’Afrique.

 
Article précédent

Résidences Dar Saada: le taux de réalisation des préventes atteint 21 % à fin mars

Article suivant

Le coût de gestion de l’impôt