Sport

Mustapha Hadji tire à boulets rouges sur Renard

La déception des Marocains, suite à l’élimination de l’équipe nationale de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN), marque encore les esprits ! Par ailleurs, les débats au sujet du départ du sélectionneur français, Hervé Renard, s’exacerbent. Son coach assistant, Mustapha Hadji, sort de son silence.


Après Renard qui a déclaré « prendre toute la responsabilité » après l’élimination, c’est au tour de Hadji de briser son silence et d’aborder le sujet épineux de la prestation très critiquée des Lions de l’Atlas qui s’invite dans le débat sportif. L’ancien Lions de l’Atlas s’est exprimé sur « Radio Mars », mardi 16 juillet 2019, pour apporter des éléments qui expliquent la débâcle des « Lions de l’Atlas ».

« On est responsables de la prestation et de la défaite contre le Bénin. On a fait de mauvais choix et on n’a pas su trouver des solutions contre une équipe qui a terminé son match à 10. Il ne faut pas blâmer les joueurs ni la fédération, c’est la faute du staff technique« , a t-il reconnu sur les ondes de la chaîne sportive.

Lire aussi : Lions de l’Atlas : Hervé Renard lâche la Bombe!

Il n’est pas allé par quatre chemins pour livrer sa part de vérité : « Les joueurs ont disputé trop de matchs. Peut-être contre l’Afrique du Sud, il fallait mettre 90% de l’effectif au repos. A un moment donné, on a peut-être fait l’erreur de gérer le groupe au niveau physique. A ce niveau-là, on a fait une grosse erreur, c’est certain ». Hadji, qui exprime ainsi son désaccord avec certains choix tactiques du technicien français, n’a pas occulté la polémique autour de l’absence des éléments de la Botola.

« Je dis ce que je pense, mais la décision finale lui revient toujours. C’est mon patron. Par exemple, je n’étais pas d’accord sur la manière dont on a abordé les prolongations contre le Bénin. A mon avis, dans le football, quand tu rentres dans un terrain et que tu as peur de perdre, c’est là que tu perds. Tu anticipes déjà la défaite. C’est ce qu’il nous est arrivé”, affirme-t-il.

« Malgré tout, je ne veux que du bien à cette équipe nationale », a ajouté celui qui a vivement été critiqué à la fin de la Coupe du Monde pour avoir « créé des tensions au sein du groupe ». En effet,  l’adjoint de Renard n’aurait pas eu des mots tendres envers les joueurs de l’équipe nationale en Russie, ce qu’il regrette aujourd’hui.

« Quand j’ai réagi en Coupe du Monde, ça n’a pas plu. vous avez vu ce que cela m’a coûté (les tensions entre lui et Benatia). On m’a dit que je n’ai pas le droit de parler car je ne suis pas le coach. En Russie, j’ai senti que le groupe n’était pas celui que je connaissais. Et je regrette de ne pas avoir réagi avant le match de l’Iran », explique-t-il.

Quant aux rumeurs suscitées au sujet des salaires mirobolants du staff technique, dont le sien qui s’élève à 300.000 dirhams, l’adjoint d’Hervé Renard s’écrie : « C’est totalement faux, je suis très loin des 300.000 DH ». Et d’ajouter : « Je vous le jure, si je touchais 300.000, je ne serais pas là en train de vous parler. Si je voulais l’argent, je serais parti au Qatar », fait observer l’ancienne gloire du football marocain.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Le groupe Essilor rationalise sa distribution au Maroc

Article suivant

Le FMI analyse le Maroc et son économie