Economie

Nador West Med: la BERD mise 200 millions d’euros

Le financement du complexe portuaire Nador West Med se précise. Des contrats de prêt et de garantie, d’un montant de 200 millions d’euros, relatifs à la participation de la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement (BERD) au financement du projet ont été signés ce jeudi 29 octobre à Rabat.


 

Le complexe industrialo-portuaire Nador West Med devrait attirer un certain nombre d’industries manufacturières et activités logistiques. Il s’agit là du premier projet de la BERD co-financé avec la Banque Africaine de Développement (BAD) et le Fonds Arabe pour le Développement Economique et Social (FADES).

Le port devrait servir de catalyseur pour la croissance économique régionale à travers notamment la création d’emplois. On parle, en effet, de 100.000 à 115.000 emplois directs et indirects induits à l’horizon 2034.

D’autres chiffres éloquents, le complexe devrait générer environ 70 milliards de DH d’investissements publics et privés et engendrer une valeur ajoutée additionnelle estimée entre 25 et 29 milliards de DH à l’horizon 2034.

On compte également sur le projet pour faciliter le développement des autres activités industrielles dans la zone franche en encourageant l’arrivée des investissements étrangers, censés renforcer le potentiel de croissance de la région.

Dans le détail, le complexe Nador West Med sera composé d’un nouveau port en eau profonde doté de capacités importantes pour le développement d’un pôle énergétique, le transbordement des conteneurs et le traitement des produits vrac, ainsi que d’une plateforme industrielle intégrée ouverte aux investisseurs de renommée, destinée à abriter les métiers mondiaux au Maroc et qui sera développée sur une zone franche adossée au port.

Les différentes parties engagées dans le projet ont par ailleurs mobilisé pas moins de 1 million d’euros de fonds en assistance technique pour contribuer à son exécution, notamment pour les aspects environnementaux.

 
Article précédent

Les exportateurs marocains et leurs homologues indiens main dans la main

Article suivant

«Croire en vous», le nouveau slogan d’Attijariwafa bank