Diplomatie

Nasser Bourita : «nous irons aussi loin que possible dans le renforcement et le développement de la coopération bilatérale entre le Maroc et Israël»[vidéo]

Cinq mois à peine après la normalisation de leurs relations diplomatiques, le Maroc et Israël mettent les bouchées doubles afin de consolider les liens sur tous les plans. Et c’est ce qu’a confirmé le chef de la diplomatie marocaine dans une récente interview accordée à la chaîne de télévision américaine AIPAC (American Israel Public Affairs Committee). Le ministre des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, est longuement revenu, dans cette interview, sur les liens étroits qui unissent le peuple marocain et la communauté juive tant au Maroc qu’en Israël.


« Le peuple marocain et la communauté juive constituent une seule et indivisible communauté. On ne saurait parler d’eux comme deux entités différentes ou séparées. La communauté juive a vécu au Maroc durant des siècles. Elle fait partie de la population marocaine et de l’identité marocaine. Et, c’est pour cette raison que notre constitution, la seule d’ailleurs dans le monde arabo-musulman, stipule que la communauté juive fait partie intégrante de l’identité marocaine. Cette relation intrinsèque n’est pas seulement liée au peuple marocain, dans la mesure où elle traduit aussi le lien unique et exceptionnel entre la communauté juive et le Souverain du Maroc », a souligné Nasser Bourita. Il a aussi fait remarquer que les liens entre la communauté juive et la monarchie marocaine remontent au 15ème siècle où les juifs avaient été chassés d’Andalousie et le Maroc les avaient accueillis. Nasser Bourita a de même ajouté que S.M le Roi Mohammed V avait, sous son règne, rejeté les lois antisémites du régime de Vichy. « Le Roi Mohammed V avait déclaré : si vous prenez les juifs, prenez aussi mes enfants », a mis en exergue le ministre des Affaires étrangères, ajoutant que S.M. le Roi Mohammed VI s’est également engagé à préserver cet héritage sous son règne, à travers d’innombrables efforts.

Lire aussi| Hôtellerie : l’Israélien Fattal lorgne le Maroc

Il a aussi souligné que l’histoire de la communauté juive comme partie intégrante du Royaume du Maroc est enseignée dans les écoles marocaines et que cela représente quelque chose d’unique dans le monde arabo-musulman. « Le Maroc est d’ailleurs le seul pays, dans le monde arabo-musulman, où les juifs continuent de vivre pleinement, avec des synagogues, des tribunaux et toutes les autres structures permettant l’épanouissement de la communauté juive. Il va sans dire que tout cela démontre bien les raisons pour lesquelles les liens entre le Maroc et la communauté juive sont très particuliers. C’est quelque chose d’unique dans le monde arabo-musulman. Et ces liens particuliers, qui remontent à des siècles, ont été sauvegardés grâce à l’engagement de la monarchie marocaine et aussi à la volonté du peuple marocain », a-t-il assuré.

Revenant sur les raisons ayant amené le Maroc et Israël à normaliser leurs relations diplomatiques en décembre dernier, Nasser Bourita a affirmé que pour comprendre la relation entre le deux pays, il faudrait faire un lien avec l’attachement du Maroc à la communauté juive depuis des siècles. « Pour le Maroc, cette décision était donc une suite logique. Nous avons des contacts pendant des années. Nous avons eu des contacts formels jusqu’en 1994. Et les relations personnelles, familiales… ont été maintenues, même s’il y a eu rupture des relations diplomatiques durant plusieurs années, mais le contact avec Israël n’a pas été rompu. Et comme l’a affirmé S.M. le Roi Mohammed VI : la normalisation des relations diplomatiques avec Israël n’est pas une décision opportuniste, c’est une décision de conviction, une décision naturelle au regard des liens et de l’engagement historique du Maroc en faveur de la paix dans la région », a-t-il affirmé.

Nasser Bourita est longuement revenu sur les clauses de l’accord tripartite de normalisation entre le Maroc, Israël et les Etats-Unis. « Depuis la signature de cet accord, nous avons entamé des actions concrètes », a-t-il assuré, faisant remarquer que les deux pays ont ouvert des liaisons diplomatiques de part et d’autre à Rabat et à Tel Aviv. Il a souligné que 8 groupes de travail ont été mis en place pour travailler dans plusieurs domaines allant de la diplomatie jusqu’à la sécurité en passant par le tourisme, l’industrie ou encore l’agriculture. « Nous avons besoin de renforcer la coopération, et nous avons aujourd’hui tous les outils et moyens nécessaires pour réussir cela. Nous avons aussi la volonté politique pour réussir cette étape. J’espère que nous aurons très bientôt des visites de haut niveau entre nos deux pays. Nous irons aussi loin que possible dans le renforcement et le développement de la coopération bilatérale entre le Maroc et Israël, pour le bénéfice, à la fois, de nos deux peuples et de la région », a-t-il assuré.

Concernant la coopération entre le Maroc et les Etats-Unis, le ministre a affirmé que les deux pays ont une solide relation bilatérale. « Nous avons une commission militaire pour la coordination. Nous sommes également le seul pays africain à avoir signé un accord de libre-échange avec les Etats-Unis. Nous sommes un allié des Etats-Unis depuis 2004, même si nous ne faisons pas partie de l’OTAN. Et nous avons une composante antiterroriste très active. Donc, nous avons avec les Etats-Unis une relation très solide. Toutefois, nous pouvons aussi collaborer dans le domaine du changement climatique, sur la promotion de la paix, y compris au Moyen-Orient », a assuré Nasser Bourita.

Lire aussi| La Fondation Mohammed VI célèbre la première Journée Internationale de l’Arganier

Il a aussi évoqué la menace iranienne pour la paix au Moyen-Orient et dans le monde, appelant les Etats-Unis à collaborer étroitement avec le Maroc comme allié pour faire face à cette menace. « L’Iran utilise des milices armées pour destabiliser l’Afrique du Nord et l’Afrique de l’Ouest aussi. L’Iran menace la souveraineté du Maroc en soutenant le Polisario, en leur offrant des armes et munitions, et en formant les milices du Polisario pour attaquer le Maroc. L’Iran, à travers le Hezbollah, est aussi en train d’étendre ses activités de destabilisation en Afrique de l’Ouest. Nous sommes aujourd’hui très vigilants par rapport à la menace que constitue l’Iran pour notre sécurité. C’est pour toutes ces raisons qu’il est important que les Etats-Unis prêtent une attention particulière à la menace que représente l’Iran pour leurs alliés, notamment dans cette région du monde », a souligné Nasser Bourita. Revenant sur encore sur la normalisation des relations avec Israël, le ministre des Affaires étrangères a estimé que le Maroc a un rôle pionnier à jouer dans la promotion de la paix au Moyen-Orient et que le Royaume est prêt à contribuer.

« Le Maroc est contre tous ceux qui menacent l’existence d’Israël et ce, depuis les années 80. Même S.M le Roi Hassan II était très clair à ce propos. Le Maroc a toujours travaillé de sorte à amener d’autres pays arabes, tels que l’Égypte dans les années 70 et bien d’autres pays après, à suivre son exemple. Le Maroc est toujours engagé à contribuer dans ce sens, et à amener d’autres pays arabes de la région à se joindre à cette dynamique régionale. Le Maroc est aussi pleinement engagé à promouvoir la paix entre le peuple palestinien et Israël afin de trouver une solution au long conflit qui les oppose. S.M. le Roi Mohammed VI a toujours soutenu la possibilité que le statut spécial de la ville de Jérusalem soit accessible aux trois Religions et que ce lieu soit un lieu où tous les croyants peuvent prier Dieu. Ce sont des valeurs importantes à promouvoir, d’autant plus que nous sommes actuellement dans la période du mois sacré de Ramadan, synonyme de tolérance et de l’acceptation de l’autre, comme cela a toujours été le cas au Maroc depuis plusieurs années. Nous espérons que le Maroc sera un exemple pour d’autres pays », a conclu Nasser Bourita.

 
Article précédent

Fitch confirme le BB+ avec perspective stable pour le Maroc

Article suivant

Coronavirus : prolongation de l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 10 juin