Blog de Jamal Berraoui

Négation du droit

A Marrakech, la ville de Tamansourt est un projet phare. Cette extension est une réussite. Sauf que, et les plans sont toujours visibles, il était prévu que des espaces verts égayent cette concentration urbaine et qu’ils ont disparu. A côté de la mosquée un souk est né à la place du parc prévu. On y trouve de tout, de l’alimentaire aux matériaux de construction. Les autorités ont laissé faire. Les habitants de Tamansourt peuvent dire adieu à l’espace vert.


A Casablanca, l’occupation de l’espace public est un droit. Des domaines privés subissent le même sort. En face du marché de Derb Ghallef, lui-même érigé sur un terrain qui appartient à une famille Benkirane, il y a un bidonville. Les propriétaires du sol ont obtenu un jugement définitif d’évacuation, il y a quatre ans. Ils n’arrivent pas à l’exécuter. C’est le cas de centaines de citoyens.

Les autorités refusent, sauf interventions ou « cadeaux », d’utiliser la force publique pour exécuter des jugements. Des familles sont dans le besoin alors qu’elles ont des droits sur un foncier très valorisé. Mais les autorités compétentes leur conseillent de payer les occupants. Ceux de Derb Ghallef occupent ce terrain depuis 40 ans. Ils réclament une « indemnisation » aux propriétaires légitimes. Vous avez bien lu, ils privent des gens de leur bien et réclament 30 Millions chacun pour l’évacuer.

Les Caïds se cachent derrière l’aspect sécuritaire pour refuser d’exécuter les jugements. On ne peut prétendre construire un état de droit, si de telles considérations demeurent. Les médias et les politiques font dans le populisme, en soutenant les squatters qui sont rarement des pauvres, il n’y a qu’à voir le parc automobile.

Il est urgent de remettre les pendules à l’heure et d’appliquer la loi. Le droit de la propriété est bafoué chaque jour, or il est à la base du système économique. Des jugements obtenus après des décennies de procédures ne sont pas appliqués par peur des manifestations. C’est tout simplement la négation de l’Etat de droit. Les pouvoirs publics ont une position dangereuse. S’il faut envoyer l’armée, faites-le, mais rétablissez l’ordre légal.

 
Article précédent

Gamme BMW X : Polyvalents à toute épreuve

Article suivant

Fin des aides publiques aux banques européennes