Les chroniques de Jamal Berraoui

Non à la suspicion meurtrière

Londres a validé le vaccin de Pfizer. C’est une commission scientifique indépendante qui a validé ce vaccin et qui permet sa mise en circulation dès la semaine prochaine en Angleterre.


Ce n’est pas anodin parce qu’un vaccin anglais est dans la course et qu’il sera prêt dans quelques semaines. Le poids des intérêts financiers existe mais les scientifiques ne sont pas tous à sa solde. Il faut élargir ce débat. Ce vaccin, ces vaccins, n’ont pas été faits selon les normes habituelles. Des questions, comme la durée de la validité du vaccin, n’ont pas de réponse parce qu’il n’y a pas de recul. Il y aura de mauvaises surprises mais elles seront somme toute habituelles et surtout quel fantastique espoir pour l’humanité dont le coronavirus a détruit les systèmes économiques.

Lire aussi | PLF 2021 : les amendements des Conseillers

Au Maroc, officiellement, nous commencerons bientôt. Mais déjà, des gens sans aucune compétence multiplient les mises en cause, les appréhensions. C’est terrible. Sur Internet, une véritable entreprise de démolition est entamée sur la base de phrases  glanées ici et là. C’est terrifiant. On met en doute une campagne qui n’a pas encore commencé sur la base de zéro information scientifique, puisqu’il n’y a pas la dimension empirique. L’auteur de ces lignes a une position très claire. Il se fera vacciner dès que ce sera son tour, c’est-à-dire avec la population à risque et ce, pour deux raisons :

– La conviction que la science, le progrès, sont une réalité. Que cela soit progressif, avec des accidents que tous les vaccins ont connus, n’y change rien. Si la communauté scientifique dit que le bénéfice attendu est plus grand que le risque, moi je prends. Et si je fais partie de l’extrême minorité qui pâtit des risques, alors c’est pas de chance. Il n’y a pas de risque zéro dans la vie.

–  Je ne pense pas que nos gouvernants sont des sadiques prêts à jouer nos vies à la roulotte russe. Ils ont sûrement des garanties qui justifient la prise de risque.

Lire aussi | Coronavirus : la RAM offre une couverture internationale jusqu’à 150.000 €

Dès lors, je m’interdis de commenter les complotistes. Je discuterai les problèmes de logistique qui apparaîtront, mais je soutiendrai le processus. La suspicion mortelle ne passera pas par moi.

 
Article précédent

Vrai ou Fake sur la Covid-19 au Maroc, mercredi 2 décembre

Article suivant

Groupe Auto Hall : la marque DFSK poursuit sa méga tombola