Interview

« Nous allons accélérer nos investissements en 2018 »

Son actu
Avant sa nomination à la tête de la filiale marocaine de l’opérateur télécom français Orange, Yves Gauthier occupait le poste de directeur général d’Orange en Égypte. C’est lui qui a piloté l’opération de rebranding de Méditel qui est devenue Orange Maroc depuis le 8 décembre 2016. Expert en télécommunication, Yves Gauthier, a dirigé plusieurs filiales du groupe Orange, parmi lesquelles Tunisiana (En Tunisie) de 2007 à Novembre 2011. Il a également été le PDG d’Orange Pays-Bas de 2005 à 2007 et de 2001 à 2005, il a servi en tant que PDG adjoint et directeur commercial d’Orange en Roumanie.


Son parcours
Orange Maroc fête son premier anniversaire. A cette occasion, l’opérateur fait un premier bilan de parcours et annonce de nouveaux investissements.

Challenge : Cela fait maintenant un an que Méditel a laissé sa place à Orange Maroc. Quel bilan établissez-vous douze mois après cette opération de rebranding ?

Yves Gauthier : D’après ce que nous nous voyons, je pense que les clients ont perçu ce changement de marque de façon très positive. Pour nous, cette opération ne signifie pas juste un simple changement de logo, et les clients ont bien compris cela. Il s’agit d’un changement profond dans l’entreprise, avec beaucoup d’investissements dans le haut débit, une amélioration très forte de tout ce qui concerne notre interface digitale, c’est-à-dire notre site web, notre application mobile Orange et Moi, etc. Nous avons aussi transformé complètement nos boutiques, nous avons aussi beaucoup travaillé avec le Service client pour nous améliorer. Donc, je suis persuadé que nos clients ont perçu un changement réel.

Challenge : Quels sont les grands chantiers que vous allez poursuivre en 2018 ?

Nous allons continuer ce que nous avons commencé, notamment sur le haut débit et sur le haut débit mobile. Nous allons aussi lancer en 2018 le haut débit fixe avec deux types de technologie. Le premier est une technologie fibre et le second est une technologie wireless avec un débit permettant au client de regarder la télé ; surfer sur Internet, de charger des vidéos. Nous allons vraiment mettre la barre très haut sur le haut débit l’année prochaine. Concernant la fibre optique, nous allons sélectionner les endroits où nous pouvons facilement déployer cette technologie parce que comme vous le savez bien, il faut obtenir des autorisations pour le déploiement, il faut parfois payer des redevances. Donc, il faut que le modèle soit économiquement viable et fiable pour nous. Orange Maroc va commencer à offrir la fibre optique dans les zones sélectionnées.

Challenge : Quelles sont les zones dans lesquelles Orange Maroc va rapidement déployer la fibre optique ?

Nous sommes à Casablanca, Marrakech, Tanger, Rabat. En 2018, nous allons toucher de nouvelles villes. Je pense que les collectivités locales ont un rôle majeur à jouer dans la démocratisation de la fibre optique au Maroc. En France, par exemple, les collectivités locales ont bien compris que leur développement nécessitait un fibrage, donc elles font tout pour faciliter le déploiement de cette technologie, soit en investissant elles-mêmes dans sa mise en place et par la suite confier cela à un opérateur, soit en facilitant le passage des opérateurs. Et, je pense que le Maroc pourrait s’inspirer de cela, parce que en tant qu’opérateur, nous ne pouvons pas seuls déployer la fibre si nous ne le faisons pas en accord avec les collectivités locales. Aujourd’hui, il faut qu’elles se rendent compte que c’est un plus pour elles, et qu’elles doivent donner des conditions qui favorisent le déploiement de cette technologie. Mais, cela doit venir d’une volonté réglementaire et aussi politique.

Challenge : Vous avez également évoqué une accélération de vos investissements dès 2018. Pouvez-vous nous détailler ce volet ?

Oui, nous allons investir de façon massive pour pouvoir déployer la fibre optique. Nous allons concentrer nos investissements sur le haut débit. Il faut savoir que chaque année Orange Maroc investit en moyenne 1,2 milliard de DH. Mais, nous allons dépasser ce chiffre l’année prochaine. Je ne peux pas vous donner le chiffre exact car c’est un objet de concurrence.

Challenge : Quelles sont les perspectives à moyen terme d’Orange Maroc ?

À moyen terme, nous allons continuer à travailler sur notre développement. En termes de leviers de croissance, nous allons développer de nouveaux services sur le segment BtoB, notamment au niveau des services que nous offrons aux entreprises, c’est-à-dire le cloud, les services managés, la sécurité, de nouveaux services sur les smart cities. Notre ambition est d’aider les entreprises marocaines, surtout les TPE et PME, à se digitaliser, et ce, dès 2018. Nous allons proposer des offres qui vont répondre aux problématiques business que ces petites et moyennes entreprises rencontrent, tout en continuant à enrichir nos offres à l’endroit des grandes entreprises et des administrations.

 
Article précédent

Oujda : la Banque Populaire s’attaque à la micro-entreprise

Article suivant

Plus de 24.000 enseignants bénéficiaires du mouvement de mutation