Interview

«Nous allons poursuivre nos investissements au Maroc»

En 2016, l’Office national des aéroports (ONDA) a confié un gros contrat de concession au groupe koweïtien National Aviation Services (NAS) pour l’aménagement et la gestion de 16 salons CIP (Commercially important person), dans 9 aéroports du Maroc, à la suite d’un appel d’offres. Aujourd’hui, NAS est en plein déploiement de services dans les aéroports du Royaume. Hassan El Houry, PDG du groupe NAS, revient sur la stratégie de développement du groupe au Maroc.  


Challenge : Le groupe NAS avait remporté en 2016 l’appel d’offres lancé par l’ONDA pour une concession de 10 ans, pour assurer en exclusivité l’assistance aux passagers «Meet & Assist», ainsi que la gestion des Commercially Important Person (CIP) dans 9 aéroports du Royaume. Où en êtes-vous actuellement dans votre phase déploiement opérationnel ?

Hassan El Houry : Nous avons remporté l’appel d’offres de l’ONDA en 2016 pour les salons et les fast-tracks « Meet & Assist services» et nous avons signé une convention pour gérer 16 salons dans 9 aéroports internationaux du Royaume. Nous avons, depuis, renouvelé 15 de ces 16 salons et nous avons déployé le fast-track au niveau des aéroports d’Agadir et de Marrakech. Nous espérons d’ici deux ou trois mois, déployer ce service au niveau de l’aéroport de Casablanca. L’Office national des aéroports a choisi notre groupe, parce que nous disposons de l’expérience et de l’expertise nécessaires dans ce domaine. Nous gérons des salons au Koweït, à Abu Dhabi au Mozambique, en Egypte et bien d’autres pays. Notre partenariat avec l’ONDA est très positif. Le Maroc enregistre une croissance rapide de son trafic aérien et dispose de plus de 10 aéroports internationaux, drainant beaucoup de touristes, d’hommes d’affaires… Cela montre bien qu’il y a pour nous beaucoup d’opportunités, en plus la vision à l’horizon 2020 du gouvernement marocain devrait permettre d’investir dans les infrastructures et développer davantage le secteur touristique. De notre côté, cela nous encourage à investir davantage au Maroc.

Challenge : Quelles sont les nouveautés que NAS Maroc a apportées en termes de services ? 

Nous avons amélioré la qualité de service des salons au niveau des aéroports où nous sommes présents, notamment à Marrakech, à Casablanca aussi au niveau des terminaux T1 et T2. Nous avons mis ces salons aux standards internationaux, avec toute l’excellence qui caractérise notre expertise. Nous voyons aussi que tous les passagers sont très contents de la qualité de nos services (wifi, buffet…). La nouveauté que nous avons introduite concerne l’accessibilité à tous du service «FastTrack». Il faut savoir que ce service n’existait pas auparavant au Maroc. Ce service est mis en place pour les hommes d’affaires et aussi les familles qui ne souhaitent pas faire la queue pendant de longues minutes. C’est une nouveauté qui a vraiment amélioré l’expérience client de tous les passagers ayant choisi les services de NAS.

Challenge : Au Maroc, le trafic aéroportuaire ne cesse de croitre d’année en année. Qu’avez-vous prévu pour accompagner cette croissance sur les différentes plateformes aéroportuaires du Maroc. ?

Cette croissance du trafic aérien au Maroc est une bonne chose. Mais, je ne sais pas encore quel sera l’appel d’offres que l’ONDA va introduire dans les années à venir pour justement accompagner cette montée en régime. Cependant, je pense que l’office va confier de plus en plus de services aux acteurs privés pour répondre efficacement aux exigences des clients. Je prévois donc l’introduction de nouveaux prestataires de plusieurs services dans les aéroports. De notre côté, nous sommes prêts. National Services Aviations (NAS) dispose d’un fonds de 50 millions de dollars dédié à l’investissement dans le secteur aéroportuaire en Afrique. Le Maroc sera le pays qui va recevoir une grande partie de cette enveloppe d’investissement, parce que le Maroc est un pays arabe, qui a des standards européens. Donc, il est clair pour moi que nous allons poursuivre nos investissements au Maroc pour faire grandir notre société. Vous savez, l’augmentation du trafic aérien signifie que nous allons avoir plus de passagers qui vont utiliser nos services. Cela signifie aussi que non seulement  nous allons augmenter le nombre de nos employés pour pouvoir répondre à la demande, mais que nous devrons de même augmenter la taille de nos salons pour suivre le rythme. Tout ceci devra également se traduire en termes de nouveaux services dans les aéroports où nous sommes présents. Donc, même si nous ne savons pas encore quand est-ce que l’ONDA va lancer de nouveaux appels d’offres, nous nous préparons d’ores et déjà pour être prêts sur tous les plans lorsque ce moment arrivera. L’office est un partenaire très professionnel et très transparent, et cela fait partie des raisons pour lesquelles nous avons décidé d’investir davantage au Maroc.

Challenge : Quelle place occupe la digitalisation dans votre stratégie de développement au Maroc ?

C’est un volet très important pour nous. Tellement important, que nous avons créé récemment une filiale dédiée aux technologies aéroportuaires. Cette nouvelle filiale offre ses services aux petites et grandes compagnies de transport aérien et aux aéroports notamment en Afrique et au Moyen Orient. Concernant le Maroc, nous avons mis en place un site web qui permet au client de réserver ses services « Meet & Assist » et ses accès aux salons dans plus d’une centaine d’aéroports. Et même si nous, en tant que NAS, n’opérons pas directement dans certains aéroports, nous avons néanmoins des partenariats avec plusieurs aéroports. Si vous voyagez par exemple du Maroc à Dubaï, ensuite au Koweït et puis au Japon, vous avez la possibilité de réserver sur ce site l’accès à nos salons et le service «Meet & Assist» dans les différents aéroports par lesquels vous allez passer. En plus de cela, nous avons mis en place au Maroc un système de réservation intelligent. Le troisième point concerne le service E-gate que nous avons déjà mis en place à Marrakech. Ce service permet au client d’accéder encore plus rapidement à nos salons sans avoir à s’adresser à qui que ce soit. Nous l’avons déjà lancé au niveau de l’aéroport de Marrakech, qui est devenu le premier aéroport en Afrique à disposer d’un tel service. Tout cela montre bien notre engagement vis-à-vis du pays et aussi notre volonté d’offrir un service de qualité supérieure à nos clients. Depuis que nous sommes au Maroc, nous servons jusqu’à 370.000 passagers par an au niveau de nos salons et pour le service « Meet & Assist ». Je pense que nous allons doubler ce chiffre en 2019, parce que grâce à notre stratégie de marketing et communication nous avons réussi à faire connaître nos produits à un plus large public, alors qu’au début ce n’était pas le cas. Les voyageurs commencent à comprendre que ce type de services existe au niveau des aéroports marocains. Nous nous sommes rapprochés des hôtels, des banques, des ambassades, des entreprises, des agences gouvernementales pour promouvoir nos services. Donc, 2019 sera marquée par une montée en puissance à ce niveau. 

Son parcours

Hassan El-Houry, Président Directeur Général du groupe National Aviation Services (NAS), est un expert dans l’industrie de l’aviation. Il est le fer de lance dans l’expansion de NAS sur plus de 29 aéroports, y compris des aéroports internationaux en Inde, en Afghanistan, aux Emirats Arabes Unis (EAU), en Côte d’Ivoire, en Tanzanie, au Rwanda et au Maroc entre-autres. Il a rejoint NAS en 2009, après avoir été le Directeur de développement d’entreprise (Corporate Development) d’Agility.    

Son actu

Il a effectué une visite au Maroc cette semaine pour s’enquérir de l’évolution du déploiement des services de la filiale marocaine du groupe.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Les intermédiaires d’assurance se penchent sur les défis de leur secteur

Article suivant

Il fait l’actu : Naoufel Ghafir, nouveau DG zone Moyen-Orient, Turquie et Afrique de l’Ouest d’Axa Partners