Textile

Nouveau rebondissement dans l’affaire Sicome

Deux ans après avoir pris part au rachat de Sicome, l’homme d’affaires Anass Al Ansari quitte le navire en dérive.


En effet, ce grand connaisseur du secteur du textile qui avait participé au rachat en 2016 de l’ex fleuron industriel de la capitale ismaïlienne au côté de l’entreprise française Leo Minor vient de jeter l’éponge en laissant cette dernière seule aux commandes de Sicomek, la holding de contrôle qu’ils avaient créée ensemble.

Il faut dire que le plan de sauvetage de Sicome concocté par les ex-partenaires à l’occasion de son rachat auprès de l’actionnaire fondateur (la famille Tazi en l’occurrence) ne s’est pas déroulé comme prévu avec des pertes substantielles enregistrées en quelques mois (plus de neuf millions de DH), notamment à cause du manque de rentabilité d’un marché public non réglé. Le désengagement de Anass Al Ansari coïncide, par ailleurs, avec la décision inédite du Conseil communal de Meknès d’injecter de l’argent dans la trésorerie de Sicomek (une entreprise privée !) pour sauver les centaines d’emplois menacés de disparition. Aussi, Sicome devait bénéficier, au cours du mois de juin qui s’est écoulé, d’un apport de 15 millions de DH afin de faire face aux différents impayés (CNSS, Impôts, crédits bancaires, loyers…) et de relancer l’outil industriel à l’arrêt depuis plusieurs mois.

Rappelons que Sicome est une vieille dame de l’industrie textile dans la région de Meknès pour avoir vu le jour en 1975. Au plus haut de son activité au début des années 1990, quand l’usine du quartier industriel Aïn Slougui (connu aujourd’hui sous le nom d’Al Bassatine) fabriquait des uniformes militaires et, surtout, du textile habillement destiné à l’export, l’entreprise employait plus de 1 000 salariés. Aujourd’hui, sur les 660 employés que comptait Sicome au moment de l’arrêt de l’activité en fin 2017, seuls les deux tiers garderont l’espoir de préserver leurs emplois si le plan de restructuration avec les deniers publics tourne bien.

 
Article précédent

Il fait l’actu : Abdelmoula Abdelmoumni, président du Conseil d’administration de la MGPAP

Article suivant

ONCF : bientôt une ligne Oujda-Nador via Berkane