Fonds d'investissement

Nouveau revers pour Maroc Numeric Fund

Décidément, le fonds public-privé Maroc Numeric Fund (MNF) ne cesse de numéroter les abattis.


A quelques mois de sa date statutaire de liquidation, à savoir octobre 2020, ce véhicule créé sur initiative publique afin d’accompagner les startups et les sociétés innovantes essuie un nouveau revers. Aussi, après l’échec de plusieurs PME soutenues par ce fonds créé en 2010 dans le cadre du plan national Maroc Numeric 2013, c’est au tour de Market Plus (ex-Epicerie.ma) d’aller à Vau-l’eau. La société qui fut à son lancement, en mai 2008, le premier supermarché en ligne au Maroc en offrant aux internautes la possibilité de faire leurs courses sans se déplacer, vient de fermer son seul point de vente situé à Rue Ain Taoujtate à Casablanca.

Il faut dire qu’après avoir renoncé à un modèle 100% en ligne, Market Plus avait changé de fusil d’épaule, en 2015, soit deux ans après l’arrivée de MNF à son tour de table, en prenant le parti d’ouvrir des points de vente physiques dans des endroits stratégiques de la capitale économique. Toutefois, ce virage finalement limité au seul point de vente précité ne s’est, à son tour, point avéré concluant.  

Lire aussi : Optinov lève 1,9 million de DH auprès de Maroc Numeric Fund

Avec un horizon des plus sombres pour cette énième PME marocaine qui échoue dans le e-commerce, Maroc Numeric Fund risque de passer à la trappe ses 4 millions de dirhams qu’il y a injectés et ce, après avoir déjà fait le deuil ou presque de ses investissements dans Greendizer (start-up qui avait misé dans la liquidation dématérialisée des  factures avant d’être elle-même liquidée en 2016 !), NetPeas (une SSII qui a échoué dans son projet de solutions de sécurité informatique en mode SaaS), Souk Affaires.ma (portail en ligne de petites annonces gratuites qui a raté son positionnement Freemium imité de «Linkedin» et autres licornes vedettes), ou encore Mydeal.ma. Heureusement que d’autres investissements de MNF ont plus ou moins bien tourné tels Manavette.ma, Livremoi.ma ou VBS. Mais, selon des observateurs avisés, les parcours très moyens de ces startups ayant évité l’échec, ne permettent guère, non plus, d’espérer une récupération de leurs mises pour les actionnaires de MNF qui comptent parmi eux quelques institutions de premier plan telles CDG, BMCE Bank, BCP et Attijariwafa bank.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

« Ach Waqe3 » : l’actualité décryptée par Jamal Berraoui

Article suivant

Crowdfunding : Dernière étape vers la règlementation