Auto

Nouveauté Opel Insignia : Retour gagnant

Une ligne plus expressive, un habitacle confectionné avec soin, la présence de systèmes multimédia et des motorisations de référence, la nouvelle Insignia revient sur le devant de la scène jouant les prolongations avec force d’arguments. 


U

ne ligne indémodable, un volume intérieur accueillant, une brochette de motorisations qui font la part belle au dynamisme et à la sobriété, telles pourraient être résumées les qualités intrinsèques de l’actuelle Opel Insignia. Souvenez-vous, un modèle lancé avec succès dans le Royaume courant 2009 allant même jusqu’à truster la première marche du podium en matière de volume de vente pour ce qui est de sa catégorie. Elle gagne aujourd’hui en sophistication et en séduction puisqu’un profond restylage est venu toucher l’ensemble de la famille Insignia au rang desquels la berline dans ses déclinaisons quatre et cinq-portes, le break Sport Tourer et le Country Tourer, une version «baroudeur». Enfin, les accrocs du bitume et des sensations fortes n’ont pas été oubliés puisqu’une déclinaison sportive labellisée «OPC» est également disponible. 

L’Insignia 2.0 CDTI revendique un appétit mesuré en matière de consommation de carburant.

 Élégante de nature 

La recette de ce renouveau est simple : préserver les acquis précités qui ont fait son succès et gommer les quelques défauts qui ont émaillé son cycle de vie. L’une des premières motivations d’achats ayant trait à l’esthétique d’ensemble, le staff de la marque à l’éclair s’est employé à dépoussiérer juste ce qu’il faut sur la carrosserie qui conserve son élégance naturelle. Ainsi, les lignes de la nouvelle Insignia se veulent plus aérodynamiques, voire plus fluides avec un coefficient de pénétration dans l’air (Cx) appréciable qui flirte avec les 0,25. Les faces avant et arrière ont été revues adoptant notamment une nouvelle signature lumineuse à LED plus flatteuse.  

C’est du high-tech

Bien présenté, l’aménagement intérieur de l’Insignia témoigne également du soin apporté par la marque tant dans le choix des matériaux que dans celui des assemblages. Spacieux, l’habitacle joue toujours la carte de l’accueil, l’ensemble des cinq passagers s’y trouvant à l’aise. Une nouvelle planche de bord plus fonctionnelle et plus lisible a fait son apparition accueillant en son centre un écran couleur tactile de 8 pouces. Ainsi, le conducteur peut accéder aux principales fonctions et menus liés à la connectivité téléphonique ou à la navigation 3D qu’il est possible de piloter soit en effleurant de ses doigts l’écran, soit en se servant des commandes au volant, des commandes vocales ou en utilisant le pavé tactile à même de décrypter son écriture. En résumé, une offre multimédia à faire pâlir les berlines du segment supérieur.

La planche de bord dont la disposition a été revue, dispose maintenant d’un écran couleur haute résolution pouvant atteindre 8 pouces.

 Une brochette de motorisations 

Le pavé tactile est placé de manière ergonomique dans la console centrale et apporte une autre manière de piloter le système multimédia, rapide et intuitif.

La nouvelle Insignia affiche des puissances qui s’échelonnent entre 110 et 325 chevaux. Côté essence, elle inaugure un nouveau moteur essence à injection directe dynamique et ultra-sobre : le 1.6 SIDI turbo (Spark Ignition Direct Injection), un moteur délivrant 170 chevaux. Il peut être animé au choix par une boîte de vitesses manuelle à six rapports avec fonction Start/Stop ou par une nouvelle boîte de vitesses automatique à six rapports. Côté diesel, le 2,0 litres CDTi se voit décliné en deux configurations de puissance : 120 et 140 chevaux.Un bloc qui ne consomme que 3,7 l/100 km se voulant l’un des diesel les plus sobres de sa catégorie. Le diesel le plus puissant est le 2.0 litres biturbo CDTI délivrant 195 chevaux. Grâce à une foule d’améliorations portant notamment aux trains roulants, au niveau amortissement et direction, le comportement routier de la nouvelle Insignia s’en trouve amélioré. Notre escapade non loin de Francfort nous a permis d’apprécier les qualité dynamiques de l’engin. Ce dernier a subtilisé de son prédécesseur le système châssis «Opel FlexRide», avec reconnaissance en temps réel du style de conduite adopté. Au volant, on peut choisir entre trois modes de conduite : «Standard» pour une conduite normale, «Tour» pour un comportement plus souple et «Sport» pour une conduite et donc plus incisive et plus sportive. À noter que la nouvelle Opel Insignia dispose également de nombreux équipements technologiques de premier plan, destinés autant au confort qu’à la sécurité comprenant des airbags frontaux et latéraux pour le conducteur et le passager ainsi que airbags rideaux gonflables avant et arrière. Un souci de la sécurité confirmée par d’excellents résultats aux crashs-tests Euro NCAP qui lui ont valu de recevoir les cinq étoiles possibles. Une familiale dont la commercialisation programmée pourrait intervenir dans les mois à venir. 

 
Article précédent

Fin de l’exonération : évasion fiscale en vue

Article suivant

Professionnel jusqu’au bout ( Par Jamal Berraoui )