Auto

Nouveauté Volkswagen Golf VII : la saga continue

C’est auréolé d’une cascade de récompenses que la nouvelle Golf, septième du nom, débarque dans le Royaume. Une jolie carte de visite qui, en plus de consacrer le bond en avant effectué par cette compacte sur bien des plans,  lui permettra d’amorcer sous les meilleurs auspices sa carrière commerciale. 


S

oirée festive que celle concoctée par la Centrale Automobile Chérifienne (C.A.C) à l’attention des journalistes et autres invités pour y célébrer en grande pompes le lancement de la nouvelle Golf. Il faut dire que la réputation de cette dernière mouture a joué considérablement en sa faveur, car peu de temps après sa révélation en première mondiale dans le cadre du dernier Salon automobile de Paris en 2012, elle s’est vue décerner une multitude de récompenses de premier plan qui lui ont été précieuses pour bien débuter sa carrière commerciale. Dans le détail, celui de la «Voiture de l’année 2013», celui de la meilleure compacte de sa catégorie, la distinction «All the car you’ll ever need», en substance un véhicule apte à répondre à l’ensemble des besoins des automobilistes. A ces prix décernés par les journalistes et autres supports de presse s’ajoutent ceux des crash-test Euro NCAP, la Golf ayant obtenu quatre étoiles pour ses systèmes de sécurité innovants. Par ailleurs, elle a atteint la note de cinq étoiles au crash test Euro NCAP. L’ADAC lui a également décerné le prix de l’innovation «Yellow Angel» pour le système de freinage multi-collisions.  

Un engouement qui s’explique

Entièrement redessinée, la poupe de la Golf n’est pas sans rappeler celle des générations précédentes.

Il faut dire qu’au moment de renouveler ce modèle, le staff de Volkswagen n’a pas fait dans le détail, l’objectif étant de faire mieux que la Golf VI, voire de tout changer sans pour autant révolutionner le concept. Prenez une Golf VI et la toute dernière Golf VII : globalement, la silhouette reste la même mais nombreux ont été les changements : plus d’espace à bord notamment aux places arrière , un coffre qui gagne 30 dm3 en sus (soit un volume total de 380 dm3, de nouveaux systèmes de sécurité novateurs comme le freinage multi-collision, le régulateur de vitesse adaptatif, le système «Front Assist», le freinage d’urgence en ville, la nouvelle direction progressive et le nouvel essieu arrière, l’écran tactile de série sur tous les modèles et une gamme d’équipement de confort revisitée… 

Qualité assumée

Coté qualité et assemblage des matériaux, la Golf VII place la barre haut.

Il va sans dire que coté qualité et assemblage des matériaux, la Golf VII place la barre haut. Des plastiques moussés, parsemés de touches métalliques, une ergonomie soignée dans les moindres détails… l’ambiance est réellement qualitative. Quant au confort, il est de bonne facture, les passagers aux places arrière bénéficiant de plus d’espace aux jambes et d’une meilleure garde au toit. L’autre tour de force réalisé par les ingénieurs réside dans leurs efforts en matière de gain de poids,  la nouvelle Golf se voyant allégée de 100 kg. De quoi augurer quelques économies notables en matière de carburant. S’agissant de la définition d’équipement retenue pour le Royaume, la Golf VII ne se voit proposée qu’en une seule version diesel, à savoir un 2,0 litres TDI de 110 chevaux. Trois niveaux de finitions ont été retenus, une version d’entrée de gamme baptisée Trendline comprenant 7 airbags, la climatisation, de nombreuses assistances d’aide à la conduite dont l’ABS, l’ESP, l’ASR… Il faut opter pour la version Highline pour bénéficier de jantes de 16 pouces en aluminium, du dispositif de détection de fatigue du conducteur, des antibrouillards avec éclairage statique d’intersection… le sommet de la gamme étant coiffé par la version Caratline. Les tarifs sont à la hauteur du calibre de cette compacte débutant à 235.000 DH pour culminer à 345.000 DH. ■

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

De nouveaux horizons pour Fedex Maroc

Article suivant

Sahara : le nouveau processus