Business

OCP : 140 MMDH pour doubler la production

 Initialement prévu à 97 milliards de dirhams, le programme d’investissement d’OCP Group est rapidement monté jusqu’à 140 milliards de dirhams. 


P

asser d’un chiffre d’affaires de 60 milliards environ à plus de 150 milliards de dirhams. Telle semble être l’ambition d’OCP group, même si officiellement, au sein du groupe, on n’évoque pas d’objectifs chiffrés concernant la valeur des ventes à l’horizon 2020. Néanmoins, c’est dit indirectement, puisqu’OCP «vise à doubler les capacités de son activité minière et à tripler les capacités de son activité chimique», souligne-t-on au sein du groupe.

Dans l’hypothèse des conditions actuelles du marché des phosphates, une telle production permettrait de dégager jusqu’à 150 milliards de dirhams au groupe. Il s’est engagé pour cela dans des projets industriels structurants et un programme d’investissements de grande envergure.

Plusieurs lignes fonctionnelles depuis un mois à Jorf

Dans ce programme global, le complexe chimique de Jorf Lasfar représente une part importante. En effet, il accapare jusqu’à 40 milliards de dirhams, soit plus de 28,5% du montant global prévu à l’horizon 2020. Ce complexe qui nécessite 9,3 millions jours/hommes de travail permettra de créer environ 2000 emplois directs. Deux nouvelles lignes de granulation d’engrais d’une capacité annuelle de production de 850 000 tonnes chacune, sont opérationnelles depuis avril 2013. «Quatre usines intégrées de production d’engrais sont prévues et deux d’entre elles sont d’ores et déjà en chantier», souligne la même source. Le Groupe table sur un accroissement de capacité de production d’engrais DAP de près de 4 millions de tonnes par an. Ces investissements colossaux répondent à un accroissement structurel de la demande en engrais phosphatés. Les infrastructures de stockage, de conditionnement et de manutention des matières premières et des produits finis sont également concernées par ce vaste programme de développement.

Le complexe comprend également, une unité de dessalement d’eau de mer pouvant produire jusqu’à 75 millions de m3, pour un investissement de 1,8 milliard de dirhams. Visiblement, l’objectif affiché est clairement de créer beaucoup plus de valeur ajoutée en créant ce gigantesque complexe chimique. Et il faut que les investissements suivent en amont, notamment dans la production et le transport du minerai.

Doubler la capacité de Khouribga

 Pour ce faire, le groupe OCP fera passer la production minière de Khouribga de 18 à 38 millions de tonnes par an, à l’horizon 2020. C’est là que seront orientés, en partie les 18 milliards de dirhams d’investissements servant à financer l’ouverture de trois nouvelles mines représentant une augmentation de 20 millions de tonnes supplémentaires de phosphate. L’autre partie des 18 milliards de dirhams ira à la construction de trois laveries dotées d’une technologie optimisant les rendements et l’enrichissement des minerais et réduisant considérablement la consommation d’eau. C’est dans cette logique d’accroissement de la production de minerais et d’engrais que vient s’intégrer le projet de pipeline ou «minéroduc» entre Khouribga et Jorf Lasfar.

Safi, l’autre volet important

 A côté de l’ensemble Khouribga-Jorf, le hub de Safi dont le coup d’envoi a été donné le 19 avril dernier, représentera le deuxième axe du futur développement du groupe. L’investissement supplémentaire de 30 milliards de dirhams injectés dans Safi Phosphate Hub (SPH) permettra à la fois d’accroître les capacités de production prévues, mais aussi d’assurer une flexibilité industrielle. Ce nouveau complexe, SPH, situé face au futur port en cours de construction dans la région de Safi, dynamisera le développement de l’axe central des phosphates au Maroc (Gantour- Safi), à l’image de ce qui a été entrepris pour l’axe nord des phosphates (Khouribga- Jorf Lasfar) avec la mise en place de Jorf Phosphate Hub (JPH). Etant à équidistance des gisements phosphatiers de Gantour, et de Meskala, ce complexe exploitera dans un premier temps les phosphates de Gantour mais offrira également une opportunité exceptionnelle de valorisation du gisement de Meskala, dans des délais record sans investissement aval supplémentaire (au niveau du Down Stream). Ce Hub s’étend sur une superficie de l’ordre de 1300 hectares avec une capacité globale de 2,5 millions de tonnes P2O5 à horizon 2025. Alimenté à partir des phosphates de Gantour reconnus pour leur qualité spéciale, ce site sera spécialisé dans la fabrication de produits innovants (engrais liquide et éléments de trace) et de produits spécifiques (phosphate alimentaire, acides spéciaux et Teractiv). Ce complexe produira aussi toute la gamme des engrais phosphatés standards utilisés dans l’agriculture (DAP, TSP et NPK) avec une forte flexibilité de capacité par produit permettant une réactivité face aux besoins du marché et à sa saisonnalité. «SPH» sera équipé d’unités industrielles et d’utilités à la pointe de la technologie permettant la fabrication de produits phosphatés de très haute qualité à des coûts parmi les plus compétitifs au monde.

Mostafa-Terrab,-PDG-d’OCP-Group.

RH : Cinq centres de compétences industrielles pour 1,2 milliard de dirhams

Evidemment, il ne suffit pas seulement de se doter des unités industrielles pour réussir le pari de la création de valeur. La réussite de cet ambitieux projet passe par des ressources humaines de qualité.  

Dans le cadre de sa stratégie de développement, OCP a lancé un programme de réalisation de cinq centres de compétences industrielles dans ses différentes zones d’implantation au Maroc à savoir Khouribga, Jorf Lasfar, Laâyoune, Gantour (Benguerir et Youssoufia), et Safi, pour un investissement global de 1, 177 milliard de DH et une capacité d’accueil de 7625 étudiants et stagiaires générant à terme 500 emplois. Par exemple à Safi, le centre dont la construction est lancée en octobre 2012, est prévu pour accueillir jusqu’à 1200 personnes.

Spécialisés dans les métiers de la mine et de la chimie, ces nouveaux centres sont appuyés par des partenaires internationaux de premier ordre : Technifutur (Belgique), Dupont (USA) et GIZ (Allemagne). Ils offrent des formations professionnelles de classe mondiale à la hauteur des ambitions du Groupe en vue d’accompagner son développement industriel et la performance de son écosystème. Ces formations sont dispensées en premier lieu aux collaborateurs du Groupe, mais sont également ouvertes aux jeunes lauréats de la formation professionnelle et des écoles d’ingénierie afin d’améliorer leur employabilité. Elles bénéficieront également aux jeunes désirant créer leur entreprise et ayant besoin d’un accompagnement technique et pédagogique.

A travers l’offre de formation industrielle multi-spécialités, les nouveaux centres articuleront de façon harmonisée la formation avec la progression professionnelle des collaborateurs dès leur intégration. 

 
Article précédent

Pauvres Syriens ( par Jamal Berraoui )

Article suivant

"La diplomatie doit être soutenue par la communauté des affaires et la classe politique"