ClimatCOP22Événement

OCP accueille la présentation du livre « CLIMAT : un défi pour la finance »

Le siège d’OCP a abrité, lundi 17 octobre, la conférence de présentation du nouvel ouvrage « CLIMAT : un défi pour la finance » en présence de ses deux écrivains, Pierre Ducret et Maria Scolan. Cet événement s’est tenu en marge de la COP 22 qui se déroulera le mois prochain à Marrakech.


En effet, après la COP 21, la finance est au cœur des négociations sur le climat. Maintenir le réchauffement en deçà de 2 °C nécessite en effet une réorientation massive des investissements : il faut cesser de financer les secteurs fortement émetteurs de carbone, privilégier les activités « vertes » et soutenir de nouveaux modèles économiques. Mais le secteur est-il prêt à opérer cette mutation ?

Dans cet ouvrage, Pierre Ducret, conseiller du groupe Caisse des dépôts (France) pour les changements climatiques, et Maria Scolan, directrice de projets climat à la direction de la stratégie du même groupe, décrivent et racontent l’évolution de la finance et sa prise en compte progressive de la question du climat. Et ce, alors qu’il y a encore très peu de temps, le sujet n’était pas important pour l’industrie financière.

Descriptif, narratif et pédagogique, cet ouvrage « s’adresse à la fois aux financiers, qui ne connaissent pas bien les questions de climat et se demandent pourquoi ça les concernent, et aussi aux personnes qui s’y connaissent, mais ignorent la finance et s’en méfient », expliquent les deux co-auteurs.

Selon Pierre Ducret, l’histoire de la finance climat s’est accélérée depuis 2010, notamment depuis 2014, à travers de nouveaux concepts permettant de prendre en compte le risque lié aux changements climatiques dans la finance et des initiatives d’acteurs, notamment des institutions financières et investisseurs qui ont décidé de s’engager dans la finance climat.

Décliné en cinq chapitres, l’ouvrage expose l’équation financière globale qu’il s’agit de résoudre, pour financer la transition, mettant l’accent sur la nécessité de réorienter les capitaux existants et disponibles plutôt que de mettre en place de nouveaux capitaux.

 
Article précédent

Aluminium du Maroc bétonne sa gouvernance

Article suivant

ISMAC
 : Première promotion de cinéastes à cent pour cent marocaine