Agriculture

OCP : au cœur de la Caravane agricole Phosboucraa

Les Caravanes OCP qui ont sillonné la plupart des grandes régions du pays s’inscrivent dans le cadre de la stratégie du Groupe visant le soutien permanent apporté par celui-ci et ses Fondations au Plan Maroc Vert.


Cette année, la Caravane Agricole Phosboucraa organisée à Bir Gandouz, a réussi à mobiliser plus de 700 petits éleveurs-agriculteurs de l’élevage camelin des régions du Sud du Maroc, leurs associations professionnelles ainsi que les autorités locales. L’objectif étant la sensibilisation et la formation des éleveurs sur une activité qui constitue l’une des principales sources de revenu des populations.

Accrochant l’assistance sur un aspect important de leur activité, les interventions d’experts, au cours d’une réunion plénière, ont permis d’acter, par les arguments scientifiques, un savoir-faire pour protéger le cheptel camelin et accroître la productivité de la filière. Le message principal de cette Caravane agricole a bien été assimilé par les éleveurs de la région puisque plusieurs intervenants parmi eux, n’ont pas manqué de louer cette expérience et l’intérêt qu’accorde le Groupe OCP à leurs préoccupations. Il faut dire, aussi, que c’était une grande opportunité pour faire part à celui-ci et aux autorités locales de leurs doléances touchant les contraintes qui pèsent, aujourd’hui, sur la filière et le contenu de programmes capables d’améliorer leur élevage. Car, comme l’ont souligné les experts, invités de cette édition, « Nous sommes conscients d’un patrimoine précieux des régions du Sud mais fragile, qu’il y a urgence à étudier et préserver».

A chaque région, son chameau !
L’élevage de dromadaires demeure une activité majeure, dans nos provinces du Sud tant sur le plan économique, social et culturel. Le nombre de camelins s’élève à plus de 25.000 têtes dans la région de Dakhla Oued-Eddahab, qui, en raison de son caractère pastoral et l’existence de plusieurs points d’eau, attire des éleveurs de chameaux d’autres régions limitrophes. Les principales races camelines élevées dans la région sont le Grezni (60%), le Marmouri (35%) et le Khouwari (5%). Leur effectif total est estimé aujourd’hui à 25 000 têtes.
La production annuelle de lait camelin au niveau de la région s’élève à quelque 5 000 T/an ; alors que la production de la viande rouge est estimée à 500 T/an et la production de laine est de l’ordre de 2,5 T/an.
Considérés comme des aliments majeurs, tant pour leur qualité nutritionnelle que pour leur valeur symbolique, le lait et la viande camelins occupent une place de choix dans le menu des ménages de la région, comme partout dans les autres agglomérations et centres des provinces du Sud du Royaume.

La Caravane OCP, une initiative pour le développement de la filière cameline
C’est pour toutes ces considérations que le choix de l’élevage camelin comme thème de la deuxième édition de la Caravane Agricole de Phosboucraa, prend ainsi toute sa place dans le contexte de la région. En effet, 70% des populations locales vivent de ce secteur qui représente effectivement leur source principale de revenus. De la sorte, cette caravane apportera sa contribution à la promotion de la conduite rationnelle des élevages camelins et l’amélioration de leurs performances par une meilleure maîtrise des volets génétiques, alimentation, santé, valorisation et commercialisation. Selon les organisateurs, «cette caravane adopte comme principe l’implication active des petits éleveurs/agriculteurs et de leurs organisations dans la planification et le déroulement de ses différentes étapes. Aussi, les entités du ministère de l’Agriculture et de la Pêche Maritime, les élus et les collectivités locales seront-ils associés à tous les niveaux d’organisation de cet évènement ».

Sur le site de la Caravane, des présentations didactiques sont animées par des experts- agronomes et vétérinaires sous forme de présentations illustrées et d’interaction avec les professionnels du secteur. Elles portent sur la diffusion des bonnes pratiques de conduite des élevages camelins et mettent en avant le rôle de l’alimentation, de la santé animale, de la valorisation, et des bonnes pratiques de gestion de la reproduction du dromadaire dans le contexte de nos Régions du sud. Ces informations permettront aux petits éleveurs d’améliorer significativement la productivité de leurs élevages et d’augmenter leurs revenus et en fin de compte, améliorer leurs conditions de vie ainsi que leurs familles.

Par ailleurs, des stands, au sein de l’espace «Exposition Caravane», le Groupe OCP, la Fondation Phosboucraa, le ministère de l’Agriculture et de la Pêche Maritime et ses structures régionales ainsi que les Chambres d’Agriculture et les professionnels du secteur camelin, ont été l’occasion pour communiquer avec les éleveurs en leur prodiguant les informations et les recommandations utiles pour la modernisation de leur activité. « Les éleveurs auront également l’opportunité d’approfondir leurs connaissances sur la « Campagne santé cameline », actuellement menée par la Fondation Phosboucraa, l’ONSSA et les Associations des Éleveurs de Dromadaire, au niveau de la région Guelmim Oued Noun ».

 
Article précédent

J-14 avant The Big 5 Construct North Africa 2017

Article suivant

Le chantier de la réforme judiciaire a besoin d’être relancé