Dossier

OCP : des projets aux ambitions gigantesques à Laâyoune

Le Groupe OCP, est pleinement engagé dans le développement économique et social de nos provinces du Sud. Cet engagement historique se traduit par la conception et la réalisation de divers programmes pensés et mis en œuvre pour créer une dynamique socio-économique dans le cadre d’une approche intégrée et globale. Le Groupe a, ainsi, lancé, à travers sa filiale Phosboucraa et sa Fondation, des projets de développement structurants en faveur des régions du Sud. Leur réalisation nécessitera un investissement total de près de 19 milliards de dirhams. Ces programmes ambitieux seront déployés pour assurer la diversification des activités industrielles et le développement de l’écosystème régional, la promotion de l’enseignement et de la recherche académique, l’innovation et la préservation de l’environnement et des ressources naturelles.


Le capital humain est au cœur du rayonnement et du leadership de l’OCP. La vision du Groupe orienté vers le développement des talents permettant à l’écosystème marocain de disposer de managers d’un niveau mondial, ne date pas d’aujourd’hui.

La promotion de l’enseignement et de la recherche académique à l’honneur
L’Institut d’Entreprise OCP et les Centres de Compétences Industrielles qui ont vu le jour depuis 2009, dont les programmes sont conçus pour forger une intelligence collective et promouvoir une meilleure compréhension de la visée et des objectifs stratégiques du Groupe, en sont la meilleure preuve.
C’est cette préoccupation d’octroyer à nos enfants des provinces du Sud une offre éducative qui répond aux standards internationaux couvrant les cycles du lycée à l’université qui sous-tend les projets initiés sous l’impulsion de SM Le Roi Mohammed VI dans la région de Laâyoune.

La Technopole Foum El Oued
Pour renforcer le positionnement des régions du Sud en matière de formations supérieures et de recherche académique, la Fondation Phosboucraa lance un projet d’aménagement d’envergure : la Technopole Foum El Oued – Laâyoune. Celle-ci accueillera l’Université Mohammed VI Polytechnique Laâyoune qui sera orientée vers la recherche, l’innovation et la formation dans les domaines des sciences et techniques relatifs aux zones arides et sahariennes et comportera un pôle d’enseignement et de R&D autour des thématiques économiques et environnementales liées à ces zones. La Technopole abritera également des pôles dédiés au développement des compétences des jeunes et à l’encouragement de l’entrepreneuriat. Cette Technopole sera dotée d’un Centre de Compétences Industrielles qui sera dédié aux formations liées à l’industrie du phosphate, afin d’accompagner le déploiement de la stratégie industrielle du Groupe OCP et de sa filiale Phosboucraa d’une part, et de dynamiser le tissu économique local et régional d’autre part. La Technopole Foum EL Oued – Laâyoune sera réalisée en 2 phases moyennant un investissement de 2 milliards de dirhams à horizon 2022.

Centre de compétences industrielles
En matière de développement des compétences et des carrières, ces centres d’excellence ont été déjà réalisés, pour dispenser des formations de classe mondiale, sur tous les sites de l’OCP afin d’accompagner le Groupe vers l’excellence opérationnelle. Ainsi, des dizaines de formateurs et animateurs sont mobilisés sur les sites à plein temps et réalisent la quasi-totalité des actions prévues pour la formation des agents.
C’est dans cette même lignée de l’engagement de l’OCP en faveur de la formation de qualité, que le Centre de Compétences Industrielles programmé à Laâyoune ambitionne d’accompagner le développement des nouvelles unités industrielles de Phosboucraa et de soutenir les initiatives d’innovation de son écosystème et des partenaires africains du Groupe. Ce Centre est destiné à assurer une formation continue de haut niveau au profit des opérateurs usine et salle de contrôle, des agents de maîtrise exploitation, des opérateurs de maintenance, des agents de maitrise maintenance industrielle et des cadres supérieurs. Ce centre offrira une capacité d’accueil de 30 000 J/H par an. L’offre de formation touchera les filières Génie mécanique et soudage, Génie électrique et électronique, Génie des procédés industriels, exploitation minière et énergétique.
Selon les prévisions de l’OCP, ce centre qui s’étalera sur une superficie de 7 ha, serait opérationnel à partir de Septembre 2017.

Lycée d’excellence de Laâyoune
Situé à la technopole Foum El Oued à Laâyoune, le Lycée d’Excellence a pour vocation d’offrir un enseignement de qualité aux 560 élèves du lycée et des classes préparatoires. Il vise à contribuer au renforcement de l’offre en formation d’excellence dans les régions du Sud et à encourager la diversité sociale et le mérite.
Pour ce faire, la nouvelle structure s’articule autour de 2 filières fondamentales : un pôle scientifique et technologique, un pôle économique et commercial. Les 360 élèves qu’accueillera, par an, le lycée seront répartis entre 38 classes de cours (5 300 m2) dont 18 classes de classes préparatoires pour 200 élèves par an.
Outre les programmes scolaires, le lycée d’excellence de Laâyoune a été conçu pour favoriser l’épanouissement personnel de l’apprenant. Des infrastructures complètes de base ont été prévues dans le cadre de ce programme. Ainsi, plusieurs équipements sportifs, sociaux et éducatifs seront réalisés : natation, gymnastique, basket, football, handball, ath létisme (3 600 m2), une salle omnisports, vestiaires de sport (1 000 m2), une piscine semi-olympique extérieure (400 m2), une piste d’athlétisme (6 couloirs), une bibliothèque avec une salle de lecture et une salle de travail (570 m2), 2 internats pour élèves dont un Lycée avec 374 lits (5 900 m2) et un internat CPGE pour 211 lits (5 150 m2). A cela, il faut ajouter 1 restaurant (1 460 m2) pour 350 couverts en plus d’espaces médicaux- techniques.
L’enveloppe budgétaire globale réservée à ce projet est de 200 millions de DH.

Les provinces du sud, au centre de la stratégie industrielle de l’OCPWharf-Laâyoune
Le Groupe OCP, leader mondial du marché des phosphates et engrais dérivés s’est résolument engagé à contribuer au développement soutenable des régions où il opère et contribue à une révolution économique et sociale de celles-ci. Ainsi, le développement régional occupe une place importante dans la stratégie du Groupe OCP ; Le Sahara Marocain jouit de gisements peu exploités, alors qu’il dispose d’un énorme potentiel naturel qu’il faut capitaliser avec des solutions techniques qui permettent une production au moindre coût et dans le respect et la préservation de l’environnement des ressources naturelles.
Le positionnement régional de l’OCP est basé non seulement sur la demande du marché, mais également sur une volonté de valorisation du potentiel de croissance des provinces du sud. L’objectif étant d’accompagner un développement intégré qui profiterait aux populations concernées.
Cet intérêt du Groupe commence à se traduire par des actions concrètes. L’étendard de l’OCP s’est déployé, lors de la visite Royale, à Laâyoune à travers deux grands projets : la construction d’un complexe intégré de production d’engrais qui permettra de diversifier le portefeuille produits. Outre le traitement et l’exportation de la roche phosphatée de Boucraâ, Phosboucraa produira et exportera aussi de l’acide phosphorique et de l’engrais. Par ailleurs, pour répondre aux besoins de cette nouvelle plateforme, un nouveau wharf est également lancé. Adapté aux conditions du bassin de Laâyoune, ce wharf permettra de renforcer les capacités logistiques régionales.

Une plateforme de production d’engrais, une première à Laâyoune
Dans le cadre du développement des activités industrielles des régions du Sud, un projet majeur verra le jour en 2020 : une plateforme de production d’engrais s’étendant sur 36 hectares à Laâyoune qui permettra de transformer le phosphate extrait de Boucraâ en acide phosphorique et en engrais. Ainsi, cette plateforme produira 0,5 million de tonnes d’acide phosphorique et 1 million de tonnes d’engrais par an. Elle est constituée de différentes composantes: une unité de production d’acide sulfurique, une unité de production d’acide phosphorique, une unité de production d’engrais, une unité de dessalement, une unité de fusion soufre, des halls de stockage et des unités de manutention, traitement et distribution de matières premières (ammoniac, soufre et phosphate).Cette plateforme à elle seule nécessitera 2,3 millions J/H en phase de construction, et emploiera près de 720 personnes. Elle répond ainsi à l’engagement du Groupe OCP à dynamiser le tissu économique des régions du Sud.
 
Une nouvelle usine de lavage et flottation d’une grande capacité de traitement
La nouvelle usine de lavage et flottation Phosboucraa, d’une capacité de 3 millions de tonnes par an, est une composante majeure du programme de développement industriel. Cette plateforme d’enrichissement des phosphates permet de préparer du phosphate enrichi pour alimenter le nouveau complexe d’engrais et d’augmenter la durée de vie du gisement par l’enrichissement de nouvelles couches de phosphate. La réalisation de cette usine répond parfaitement à l’engagement du Groupe OCP pour la préservation de l’environnement, notamment via l’utilisation de nouveaux procédés visant à optimiser la consommation d’eau et d’énergie par l’utilisation de nouveaux procédés. L’usine s’étalera sur une superficie de 6 hectares et comportera différentes composantes: deux lignes de lavage d’une capacité unitaire de 400 tonnes/heure, un atelier de flottation, deux décanteurs de boues, une digue d’épandage de boues et récupération des eaux, une unité de séchage du phosphate destiné à l’export, un parc de stockage d’une capacité 500 000 tonnes et des postes électriques MT/BT. Un investissement de 3,1 milliards de dirhams a été consenti pour la construction de cette usine de lavage et flottation. Elle mobilisera 900 000 J/H en phase de construction et permettra de créer quelque 100 emplois permanents en phase d’exploitation.

Le nouvevau Wharf à Laâyoune
Dans l’optique de s’adapter aux conditions maritimes, météorologiques et aux spécificités du littoral de Laâyoune (ensablement), et afin de développer les capacités logistiques (import et export), un investissement de 4,2 milliards de dirhams pour la construction d’un nouveau wharf est prévu dans le cadre du programme de développement industriel. Cela permettra de disposer d’un wharf avec des digues de protection et des capacités portuaires et logistiques assurant l’export de produits finis et l’approvisionnement en matières premières (soufre, ammoniac, potasse) nécessaires pour la plateforme de production d’engrais. La capacité annuelle de ce wharf s’élève à 11 millions de tonnes de flux de matières. Sa construction nécessitera 1 million J/H et son exploitation permettra de créer à terme 200 emplois permanents.

Concilier croissance industrielle et environnement
L’efficience énergétique est primordiale à la réalisation de l’ambition d’excellence opérationnelle de l’OCP. Pour garantir des niveaux performants de la production chimique et la production minière, les besoins en énergie se multiplient mais dont il faut améliorer l’efficacité à travers plusieurs procédés respectant les contraintes environnementales. D’abord, à partir de l’énergie éolienne pour les besoins en énergie électrique. Le recours à cette source propre d’énergie est déjà opérationnel sur d’autres sites de l’OCP dont celui de Phosboucraa, dont le projet satisfait plus de 95% de la demande en énergie du site.
La cogénération représente une autre opportunité importante pour le Groupe. A travers ce procédé, celui-ci aura le potentiel d’exporter son surplus énergétique des unités chimiques vers les sites miniers.
La préservation et la gestion des ressources hydriques rares représente, également, non seulement une priorité pour l’OCP, mais la seule manière d’atteindre un développement industriel durable. L’ambition est d’autant plus importante que l’ambition de l’Office est de doubler ses capacités minières et de tripler ses capacités chimiques à l’horizon 2020.
Pour ce faire, des procédés innovants seront utilisés pour une meilleure récupération des eaux de boue de lavage. Mis au point par l’OCP, le système d’enrichissement par lavage-flottation, déjà utilisé dans les laveries de Khouribhga et de Gantour et cette fois-ci à Laâyoune, est un procédé en continu où les eaux de boue de lavage sont récupérées à plus de 80% puis réinjectées dans le process.
Enfin, la satisfaction des besoins en eau douce se fera via le dessalement d’eau de mer, permettant le développement des activités industrielles sans le moindre recours aux ressources hydriques conventionnelles.

 
Article précédent

Audrey Azoulay, nommée ministre de la Culture en France

Article suivant

Orange soutient les PME d’Afrique et du Moyen Orient