Aviculture

Œufs de consommation : le secteur perd 3,5 millions de DH par jour

C’est un coup dur pour les producteurs d’œufs de consommation. Selon l’ANPO, le secteur a perdu 350 millions de DH sur la période allant du 20 mars au 30 juin 2020, à cause de la crise sanitaire.


Les professionnels opérant dans le secteur des œufs de consommation ont le moral au plus bas. Selon la corporation, le secteur subit des pertes quotidiennes estimées à 3,5 millions de DH, à cause de la crise sanitaire. « L’activité subit un double coup consistant en une abondance de l’offre et une baisse de la demande, engendrant une chute des prix et, par conséquent, des pertes quotidiennes de 3,5 millions de DH, soit 350 millions de DH au cours de la période allant du 20 mars au 30 juin, précise l’Association nationale des producteurs (ANPO).

Lire aussi| RAM : les scénarios de sortie de crise

La corporation ajoute que cette situation menace l’ensemble du secteur et pourrait avoir des répercussions néfastes sur toutes ses composantes, ainsi que sur l’économie nationale. On apprend aussi que l’élevage de poules pondeuses et la production d’œufs passent par une crise asphyxiante inédite qui remonte au début de l’année 2019, à cause de la surproduction et la chute des prix, deux facteurs ne permettant pas de couvrir les charges.

Lire aussi| Le paiement électronique est fiscalement encouragé

L’ANPO fait aussi remarquer que la pandémie va concourir à l’accentuation de la pression avec la suspension de plusieurs activités et la fermeture des restaurants, des hôtels et des souks ruraux, dans le sillage de la déclaration de l’état d’urgence sanitaire.


Tribune et Débats

La tribune qui vous parle d’une actu, d’un sujet qui fait débat, les traitent et les analysent. Économistes et autres experts, patrons d’entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s’y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.

Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.

 
Article précédent

RAM : les scénarios de sortie de crise

Article suivant

ONCF: 350.000 voyageurs depuis l’annonce du déconfinement